Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
131
fiance dans les protestations de Joseph. Toutefois plus
de dix-sept ans s'étaient déjà écoulés qu'il leur avait
tout pardonné aifectueusement, et depuis ils avaient
reçu au pays de Gessen mille preuves de sa bienveil-
lance; il avait pourvu à leur entretien et il avait eu
soin d'eux. Ils lui faisaient tort par une supposition
si injurieuse.
Jacques. — En effet je ne conçois pas ce qui pou-
vait faire naître en eux cette malheureuse idée et cette
appréhension.
M. vekmond. — Voici comme je l'explique, Jac-
ques. Ceux qui ont commis quelque grand forfait,
nourrissent pendant toute leur vie quelque inquiétude,
quoiqu'ils composent avec leur conscience. A chaque
occasion ils se souviennent de leur ancien crime, et
leur fût-il pardonné depuis longtemps, ils n'en restent
pas moins inquiets, et ils ne sauraient être contents
et vraiment tranquilles, quelle que soit leur prospérité
extérieure. Il en fut de même des frères qui avaient
vendu notre Joseph. Après que leur père fut mort,
ils recommencèrent à se défier du meilleur de leurs
frères. Ils s'étaient bien corrigés en (juelque sorte,
mais ils n'égalaient pas encore Joseph en vertus. Ils
pensèrent donc : » Si nous étions à sa place, nous y
aurions attendu nos méchants frères!" Ils jugèrent
d'autrui par eux-mêmes et ils s'attendirent à ce que
Joseph les traiterait comme ils l'auraient traité peut-
être à son égard. Ils avaient peine à croire qu'il res-
terait toujours aussi complaisant et aussi doux; ils ne
connaissaient pas assez la vraie piété et la vraie douceur.