Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
123
prédit encore une fois qu'un jour sa famille demeure-
rait de nouveau en Canaiin, et il donna encore à Jo-
seph une terre qu'il y possédait, et qui appartiendrait
alors exclusivement aux descendants de Joseph.
Jeax. — Et tout ce que Jacob avait prédit s'acconi-
plit-il par la suite? La famille d'Ephraïm devint-elle
plus nombreuse que celle de Manassé, et rentra-t-on
plus tard en Canaan?
^I. vermond. — Mais sans doute. Jacob n'avait
pas inventé lui-même ces prédictions; mais l'Eternel
lui avait notifié tout cela et le lui avait promis ; et
tout ce que Dieu promet arrive nécessairement. Il lie
nous est pas permis d'en douter, si nous ne voulons
pas nous rendre coupables d'incrédulité, de méfiance
et d'ingratitude. Je vais vous raconter en deux mots,
comment tout s'est accompli ensuite.
Après que les descendants de Jacob eurent demeuré
plus de deux siècles en Egypte, — après que Joseph
était mort depuis longtemps, — un Pharaon vicieux
qui les tourmenta d'une manière affreuse et qui les fit
traiter en esclaves, régnait alors. Ce méchant Eoi ne
ressemblait en rien à l'honnête Pharaon dont nous
avons parlé. Alors le bon Dieu délivra la postérité
de Jacob d'une manière miraculeuse de l'Egypte, sous
la conduite de Moïse, et après bien des courses il la
fit habiter enfin paisiblement dans le pays de Canaan,
suivant les anciennes promesses. Et quand ils sorti-
rent d'Egypte, la postérité d'Ephraïm surpassait déjà
celle de ^lanassé de plus de huit mille hommes. —
Mais il me faut revenir à mon récit.
6*