Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
114
liers d'hommes et les rendit misérables afin d'enrichir
le Roi, qui était pourtant riche et qui pouvait déjà
vivre splendidement.
M. vermond. — Je ne vois pas, Jacques, que
notre Joseph commît le moindre crime en agissant
ainsi. Retraçons-nous seulement tout ce qu'il fit. Pen-
dant les sept années fertiles il acheta aux Egyptiens
du blé pour l'argent du Pharaon. Il avait sans doute
le droit de le faire. — Durant les cinq premières an-
nées de la famine, les Egyptiens avaient de l'argent,
et ils avaient faim: Joseph avait emmagasiné du blé
qu'il leur vendit pour leur argent. Il n'y avait pas
de mal à cela non plus. — Dans la sixième année
stérile l'argent des Egyptiens, qu'il leur fallait pour
acheter des vivres, était épuisé, mais ils avaient des
bestiaux. Joseph leur donna alors du blé et ils lui
donnèrent ces bestiaux. Tous ces échanges se faisaient
volontairement. Les Egyptiens préféraient des vivres
à l'argent et aux troupeaux. Joseph ne leur ôta rien
par la voie de l'injustice ou de la violence. Aussi
ne devenaient-ils pas par là pauvres à jamais. Dès
qu'il y aurait des années fertiles, ils auraient de
nouveau abondance de blé, qu'ils pouvaient vendre à
d'autres peuples et en recevoir de l'argent et du bétail.
Enfin dans la septième ou dernière des mauvaises
années, les habitants offrirent encore volontairement
leurs champs et les donnèrent à Joseph qui leur ren-
dit des vivres. Aussi fit-il en sorte, comme je viens
de le dire, que chacun obtînt de nouveau une terre
en louage, et qu'on ne fût pas obligé de devenir es-