Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
113
dévotion. Ces prêtres ne furent donc pas dans la né-
cessité de vendre leurs possessions, comme il en était
du reste des habitants.
Voilà donc les Egyptiens s'étant aussi livrés eux-
mêmes au Pharaon comme ses esclaves. Au nom du
E,oi, Joseph pouvait les traiter comme bon lui sem-
blait. Mais il ne voulut pas que ces malheureux per-
dissent tout à fait leur liberté: Joseph était trop hu-
main et trop généreux pour en user de la sorte. Aussi
savait-il par expérience combien il est triste d'être
esclave. C'est pourquoi il rendit à chaque Egyptien
une étendue de terrain en fief, pour y habiter et pour
le labourer, à condition que chacun donnerait annuel-
lement au Pharaon une cinquième partie du blé qui
croîtrait sur ces terres ; mais par plusieurs raisons Jo-
seph fit en sorte que personne n'obtint son ancien
champ, mais un autre de la même étendue. Il em-
pêcha ainsi que les habitants ne devinssent proprement
les esclaves du Pharaon ; ils en» devenaient les vassaux
qui tenaient de lui un fief. Ils étaient comme des
fermiers, qui doivent payer tous les ans une somme
stipulée, comme bail ou louage pour l'usufruit des
terres d'un autre. On pouvait donc appeler alors le
Soi, le Seigneur féodal ou suzerain de ses sujets, ou
bien le propriétaire du pays entier ; et sauf à donner
la cinquième partie de leur blé, les Egyptiens restèrent
aussi libres qu'auparavant.
Jacques. — J'avoue que tout cela était bien hon-
nête de la part de Joseph; mais je ne saurais approu-
ver son procédé, par lequel il dépouilla tant de mil-