Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
112
leur général lorsqu'ils faisaient la guerre. Aussi diri-
geait-il le culte public par tout le pays. Le Pharaon
avait lui-même des terres qui lui appartenaient, et dont
il retirait du profit; quant à ces contrées, où personne
ne s'était encore établi, il pouvait aussi en disposer à
son gré, ainsi qu'il le fit par exemple par rapport au
pays de Gessen; mais outre cela le roi n'avait aucun
droit sur les persoimes ni sur les champs et les pos-
sessions de ses sujets.
Ils offrirent donc de vendre toutes leurs terres au
Pharaon, et de devenir eux-mêmes ses serfs ou ses es-
claves. Ils aimaient mieux encore être privés de la liberté
et de leurs possessions, que d'aller mourir d'inanition.
CoKNÉLiE. — Ah ! les pauvres gens ! qu'ils doivent
avoir été en peine !
M. vermond. — Oui, Cornélie ; cette famine était
bien grande: qui est-ce qui vendrait sans cela sa li-
berté? — Notre Joseph agréa donc la proposition des
Egyptiens. Il acheta toutes les terres pour le Pharaon,
de sorte que celui-ci devint le propriétaire de l'Egypte
entière. En revanche Joseph donna aux habitants du
blé pour leur nourriture et des grains pour les semail-
les de l'année future, qui devait être de nouveau fertile.
Chacun se vit donc obligé de vendre ses terres, à la
réserve des prêtres. Ceux-ci étaient des hommes qui
avaient soin du culte public et qui l'administraient
suivant les usages du pays et des temps. C'était une
caste toujours nourrie par le roi, parce qu'elle ne
pouvait labourer la terre ni faire le commerce; mais
qu'elle étudiait sans cesse et vaquait à des actes de