Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
m
leurs chevaux, leurs bœufs, leui's vaches, leurs "brebis
et leurs ânes, l'un après l'autre au graiid Régent,
et ils en reçurent la valeur en blé.
De cette manière Joseph conserva encore pendant une
année entière la vie à des milliers d'hommes, en même
Lemps qu'il enrichit son Roi en argent et en bétail.
Mais cela ne put pas non plus durer au delà d'une
année, savoir jusqu'à la fin de la sixième année stérile
et le commencement de la septième ou dernière. Alors
les Egyptiens revinrent en grand nombre trouver Jo-
seph, et lui dirent: — »Nous sommes de nouveau
fort embarrassés; c'est ce que nous ne saurions cacher.
Nous n'avons plus d'argent, et nous vous avons déjà
vendu tout notre bétail. Il ne reste donc maintenant
que notre corps et nos terres. Achetez-nous à présent
pour le Pharaon avec nos champs, et donnez-nous par
contre à manger et de la semence pour ensemencer
les terres, afin que nous ne périssions pas de faim et
que le pays ne devienne pas tout à fait agreste."
Jacques. — Qu'est-ce (jue les Egyptiens avaient
proprement en vue, monsieur, lorsqu'ils disaient :
»achetez-nous et nos terres pour le Pharaon?" Ne
demeuraient-ils pas déjà dans le pays du Pharaon, et
comment donc pouvaient-ils lui vendre son propre bien?
M. vekmond. — C'est ce que tu dois envisager
de cette manière: Les habitants d'Egypte avaient été
jusqu'alors sous plusieurs rapports des hommes libres;
ils avaient chacun son propre champ, dont ils pou-
vaient disposer à leur gré. Seulement le Roi était
le souverain juge, lorsqu'il y avait des altercations, et