Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
no
l'on doit avoir égard aux capacités de chaque personne,
afin de mettre tout le monde à sa place.
Maintenant nous accorderons un peu de repos au
vieux Jacob et aux siens en Gessen, et nous allons
voir ce qu'il en fut des Egyptiens pendant le reste
des années stériles.
La seconde année de la famine s'était déjà écoulée,
avant que la famille de Joseph se fût établie dans la
contrée de Gessen. Notre Joseph avait déjà vendu
une quantité de blé aux habitants d'Egypte et aux
peuples circonvoisins, au grand avantage du Roi, qui
s'était considérablement enrichi par là. Dans les an-
nées suivantes la détresse augmenta encore, le blé en-
chérit encore, et il entra encore plus d'argent dans le
trésor du Pharaon. Vers la fin de la cinquième année
stérile tout l'argent se trouva entre les mains du Pha-
raon en échange des blés. Personne n'avait pliis de
quoi acheter des vivres. Chacun était embarrassé, les
Egyptiens ainsi que les étrangers.
Jeannette. — J'espère pourtant que Joseph ne
va pas laisser mourir ces pauvres gens de faim, parce
qu'ils n'ont plus d'argent!"
M. vermond. — Allons donc. Jeannette, ne t'en
inquiète pas ! Ces pauvres gens exposèrent leur détresse
à Joseph, et celui-ci leur dit alors: — »Eh bien!
si vous n'avez plus d'argent, vous n'avez qu'à me
vendre votre bétail, et je vous donnerai du blé en
échange, pour que vous en fassiez du pain." Tout le
monde en fut content et aima mieux être privé de son
bétail, que de manquer de pain. Ils amenèrent donc