Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
mm
109
eût distribué à ses proches des charges honorables , il
eût provoqué le dépit et la jalousie de bien des Egyp-
tiens distingués. Et il y aurait eu de quoi; car Jacob
et ses fils étaient peu propres à occuper de pareils
postes. Ils n'avaient guères appris qu'à cultiver les
champs et à soigner le bétail. Joseph aurait donc dû
évincer ou passer des personnes plus habiles, ce qui
aurait été injuste et préjudiciable au Eoi et au peuple.
Celui qui peut disposer d'un emploi ou d'une charge
doit toujours employer les personnes les plus instruites
et les plus capables, car celles-là peuvent être les plus
utiles. Il ne doit pas donner cet emploi à ses amis
particuliers, s'ils n'y sont pas aussi propres que d'au-
tres; par la même raison personne ne doit aspirer à
une charge qu'il est incapable de remplir convenable-
ment, et l'on ne doit pas faire des efforts non plus
pour procurer à d'autres personnes ignorantes des em-
plois importants; de cette manière on nuirait à sa
patrie, et l'on ferait du tort à son prochain. — Aussi
Joseph déploya-t-il un amour très-raisonnable en laissant
ses amis dans la vocation de berger. C'était là leur
genre de vie ordinaire, et l'habitude leur en avait in-
spiré le goût. Ils s'entendaient très-bien à avoir soin
du bétail, et ils pouvaient instruire à cet égard les
Egyptiens : c'était pour eux la meilleure vocation et la
plus facile. Dans des postes différents et pénibles ils
auraient dû recommencer à s'instruire, et encore on
leur aurait porté envie, on les aurait raillés et ridicu-
lisés. L'exemple de Joseph nous apprend donc que
l'on doit diriger prudemment sa bienveillance et que