Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
107
voyage au pays où l'on espère de se reposer et de se
fixer à jamais : c'est un passage au Ciel, à la demeure
délicieuse après laquelle noue languissons."
C'est ainsi que le pieux vieillard considérait sa vie
terrestre. Lui fallait-il endurer des maladies ou des
revers, il se disait à lui-même : — » Ce sont là les
incommodités du voyage; mais elles auront toutes un
terme, lorsque je serai arrivé là oil j'espère de venir."
Et coulait-il parfois des heures ou des journées agré-
ables, il les considérait alors comme une faveur, et il
en était reconnaissant; mais il ne s'attendait pas à en
jouir toujours: tel qu'un voyageur, qui trouve un che-
min frayé et agréable, ne s'imagine pas pour cela qu'il
ne rencontrera plus des chemins raboteux ni d'obsta-
cles. — Tous les honnêtes gens peuvent et doivent
penser de la sorte ; c'est alors qu'ils apprennent à en-
durer patiemment des revers et à jouir avec gratitude
de leur prospérité, sans attendre de ce monde plus
qu'il n'est en état de nous procurer.
Après que le Pharaon et le vieux Jacob eurent parlé
pendant quelque temps ensemble, le vieillard prit congé
du Prince, en souhaitant que le bon Dieu voulût le
combler de santé et de toute espèce de bénédictions.
Ensuite il retourna vers le pays de Gessen, où Joseph
fit arranger tout ce qui était nécessaire pour que sa
famille pût y habiter à son aise. La famine augmenta
d'une manière afi'reuse, mais Jacob ne manqua de rien.
Son Joseph eut tendrement soin de lui et de la fa-
mille entière.
Marie. — Et Joseph ne demeura-t-il pas aussi dans