Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
112
avec plaisir que tu deviennes un grand seigneur; mais
au rebours j'aimerais mieux que tu n'eusses pas le sou ;
car il vaut mieux être pauvre et honnête que d'être
riche et vicieux. — Notre Joseph, présentant ses frères
et son père au Pharaon, offre un bel exemple à qui-
conque de pauvre devient plus riche que ses proches-
parents. Voici comme il doit penser : — » Au fond les
richesses ne sauraient changer l'homme. Tout riche que
je suis, mon père est toujours mon père, ma mère
sera toujours ma mère, et mes proches seront mes pro-
ches , tant qu'ils vivront. IMon devoir exige donc que
je les honore, que je les aime, et que je les assiste
autant qu'il est en moi. Tant qu'ils seront vertueux, je
ne dois jamais rougir d'eux, car dans ce cas je méri-
terais que le bon Dieu m'ôtât tout ce que je possède,
et que mes amis ne voulussent pas à leur tour se
soucier de moi." — Retenez bien cela, mes enfants,
et continuons mon récit.
Lorscjue Joseph parut avec son père devant le Roi
d'Egypte, le respectable vieillard donna au prince sa
bénédiction d'un ton grave et cordial. Sur quoi le
Pharaon dit: — »Vous semblez être bien âgé, mon
père, quel âge auriez-vous?" Jacob répondit: — »Je
parais plus vieux que je ne suis en effet, ô mon Roi !
une foule de désastres ont fait blanchir mes cheveux
de bonne heure. Il n'y a que cent-trente ans que j'erre
dans ce monde comme voyageur, et c'est ce qui est
fort peu en comparaison de mes ancêtres, dont le pè-
lerinage dans ce monde a duré bien plus longtemps;
car cette vie n'est autre chose qu'un pèlerinage, un