Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
98
M. vermond. — Je m'en vais te dire, Christine,
ce qui en était. Le bon Dieu avait ordonné à Jacob
d'habiter en Canaan et lui avait promis de le bénir
extraordinairement dans ce pays. Isaac, le père de
Jacob, ainsi que Abraham, son grand père, avaient
déjà reçu les mêmes ordres. C'est pour cela que Ja-
cob hésitait à partir pour un autre pays, bien que la
famine l'y engagêat ; car il était trop pieux pour ne pas
craindre de commettre quelque imprudence.
Jacob fut assuré d'une manière particulière, dont le
bon Dieu ne se sert plus pour instruire les hommes,
que son voyage était agréable à Dieu, qu'il y serait
béni de même, que sa postérité se multiplierait jus-
qu'à devenir un grand peuple, et enfin qu'elle revien-
drait un jour sous la direction de Dieu en Canaan, pour
le posséder en entier suivant les anciennes promesses.
Alors le pieux vieillard fut rassuré, et il poursuivit
de bonne humeur le voyage vers son bien-aimé Joseph.
A mesure qu'il s'approchait de l'Egypte, il désirait plus
fortement voir son fils retrouvé. C'est ainsi que la
caravane arriva au pays de Gessen, que l'on trouve
sur la carte du côté oriental de l'Egypte, et en con-
séquence du côté de Canaan, près de la rivière du
Nil, et non loin de la Méditerranée. Cette région
fut aussi appelée dans la suite Ramesès, et elle était
extrêmement propre au pâturage du bétail. C'est qu'il
y avait de bonnes prairies et beaucoup d'eau fraîche;
mais malgré cela les Egyptiens n'en faisaient pas beau-
coup d'usage. Cette belle contrée semblait n'appartenir
à personne et n'être utile à qui que ce fût. Jacob et