Boekgegevens
Titel: Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Auteur: Oosterwijk Hulshoff, Willem van; Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meijer, 1856
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 1045 E 54
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_205022
Onderwerp: Theologie, godsdienstwetenschappen: godsdienstige opvoeding
Trefwoord: Jozef, Kinderverhalen (teksten)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Les aventures de Joseph: récit biblique pour les enfants
Vorige scan Volgende scanScanned page
94
Or, il manquait encore à l'accomplissement des son-
ges de Joseph que ses parents vinssent chez lui et
s'inclinassent devant lui comme les gerbes de blé, le
soleil, la lune et les onze étoiles dont il avait rêvé,
Joseph eut donc lieu de penser : » Voilà que le bon
Dieu commence à vérifier les songes de ma jeunesse,
eu m'élevant d'une manière si extraordinaire. Ce même
]3ieu pourra faire et il fera accomplir le reste. Sans
doute je verrai tôt ou tard mes parents chez moi. Le
bon Dieu sait le mieux quand cela pourra et devra
arriver. Je lui en abandonne le soin, et j'en attendrai
l'époque avec patience.
Nous, venons donc d'apprendre les raisons principales
qui portèrent Joseph à garder le silence en Egypte,
sans envoyer personne dans sa patiie. Que t'en semble-
t-ii, Jacques, inculperonsrnous Joseph encoreP Aurait-il
honteusement oublié ses parents? Nous fuut-il encore
attribuey son silence â une blamable indifférence?
N'aurait-il pas désiré revoir son père et ses frères? «
Jacques. —- tNon, monsieur, je conçois à présent
qu'il ne pouvait agir d'une autre manière. J'aime notre
Joseph comme auparavant.
M. VERMOND. — Et toi, Corneille, qu'en dis-tu?
COKNEILîLE. — 11 a regagné toute mon affectiôiï^
monsieur.
M. VERMOND. — Noua voilà donc tous réconciliés
avec lui, excepté Marie, n'est-ce'pas? •
Makie. — Oh que non! jc: ne suis plus fâchée con-î
tre lui. Avant de finir votre apologie de Joseph, mon-
sieur, vous m'aviez déjà convaincue qu'on ne; peut Tac-