Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
90
Au figuré la fange signifie Tétat d'avilissement d'une
personne qui vit dans la débauche : Cet homme croupit dans
la fange des vices. Aussi le dit-on par mépris d'une basse
condition: L'homme d'une très basse origine est né dans
la fange.
Au figuré en fait de bassesse, il n'y a rien au dessous de
la boue. On traîne dans la boue celui qu'on traite avec la
dernière ignominie.
La bourbe est une boue profonde, très épaisse qui se forme
dans les eaux croupissantes, les marais : on y enfonce, on n'y
saurait marcher; on s'y embourbe, elle forme un bourbier^
La crotte, c'est la fange ou la boue qui rejaillit quand
on y marche, et qui s'attache aux souliers, aux vêtements :
Une voiture, un cheval font jaillir la crotte sur le passant.
La houe devient cro^^e lorsqu'elle tache ou salit nos vêtements.
196. LOGIS, LOGEMENT.
Le logis est une retraite pour établir une demeure ; le lo-
gement annonce de plus une habitation personnelle.
Ainsi l'on dit : un bon, un mauvais logis, un logis
spacieux, commode, changer' de logis, et l'on ne dit pas
mon logis, votre logis, le logis du concierge, mais on dit:
mon logement, votre logement, comme on dit: un bon, un
mauvais logement, un logement commode: Il a son logement
dans un pavillon. Son logement consiste en quatre pièces.
197. LOURD, PESANT.
Tous les corps %owi pesants, c'est-à-dire ils obéissent à la
loi de la gravitation; mais tous les corps ne sont pas ^owr«/«
ce ne sont que ceux qui ont une pesanteur considérable re-
lativement à leur masse ou à la force qu'on y oppose.