Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
80 , . . ,( .
. : - ■ ^ ■ V
177. ineffable, indicible, inexprimable.
On ne peut prononcer ce qui est ineffable; on ne peut
dire ce qui est indicible; on ne peut exprimer ce qui est
inexprimable.
Le mot ineffable est du style religieux : La grandeur
ineffable de Dieu. Le mot indicible est un mot de conver-
sation, et le mot inexprimable est de tous les styles.
(r-.':-,, ... ^ - -
178. inexorable, inflexible, impitoyable , implacable.
Inexorable est celui qu'on ne peut fléchir par les prières ;
inflexible est celui qu'on ne peut fléchir dans un sens moral ;
impitoyable est celui qui est sans pitié, qu'on ne peut tou-
cher; implacable est celui qu'on ne peut apaiser.
Inexorable et inflexible peuvent être suivis de la préposi-
tion à: Il fut inexorable, inflexible à toutes les prières ;
impitoyable peut être suivi de la préposition sur: H est
impitoyable sur les fautes les plus légères, et implacable n'a
pas de complément qui le suit : (Test un homme implacable.
178*. infatuer, fasciner, entêter.
L'infatuation vous remplit si fort l'esprit d'une idée qui
vous plaît, qu'il n'est guère possible de vous en détacher.
La fascination vous aveugle ou vous éblouit si fort que vous
ne pouvez plus voir les objets tels qu'ils sont. L'entêtement
vous tourne l'esprit et vous possède si fort qu'on ne sait
comment vous faire entendre raison. (roubaud).
On est infatué de son propre mérite, lorsqu'on est pré-
venu au plus haut point de son mérite. On est fasciné
par les vanités, les grandeurs de ce monde, lorsqu'on en
est tellement ébloui qu'elles ensorcèlent, pour ainsi dire, par