Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
57
détaillées de la bouche d'un maître, pour pouvoir exercer
ensuite la même profession.
Le terme de disciple se dit de celui qui s'attache aux
sentiments du maître, en lisant ses ouvrages et en suivant
ses préceptes.
On cesse un jour d'être écolier ; on ne cesse pas d'être
élène. En renonçant aux sentiments du maître on cesse
d'être disciple.
Dans un sens restreint, on enseigne des écoliers, on forme
des éleves, on se fait des disciples.
Dans les maisons d'éducation le nom àHélève s'applique
ordinairement aux écoliers. Un gouverneur nomme les en-
fants , de l'éducation desquels il est chargé , ses élèves.
117. ÉLOGE, LOUANGE.
Uéloge est le témoignage avantageux que l'on rend au
mérite. La louange est l'hommage qu'on rend à quelqu'un,
l'honneur qu'on lui porte.
On dit qu'une action fait Yéloge d'une personne ou que
le récit de ses actions suffit à son éloge; pourquoi? parce
que nos actions déposent pour nous, attestent notre mérite.
On ne dira pas qu'une action est la louange d'une personne,
ou que ses actions suffisent à ses louanges; pourquoi? parce
que nos actions ne nous célèbrent pas, et qu'elles ne sont
pas des hommages qu'on nous rend.
En parlant de Dieu, on dit : louanges : louer Dieu, c'est le
bénir et le glorifier.
Éloge se dit encore de harangues prononcées ou des ou-
vrages imprimés à la louange de quelqu'un: éloge funèbre,
éloge historique. En ce sens on dit aussi: panégyrique:
Prononcer le panégyrique d'un prince.