Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
û 30
57. cassee, rompre, briser,
On casse les corps fragiles et dépourvus d'élasticité, les
corps dont les parties se séparent plutôt que de ployer ou
de se relâcher. Ainsi on casse un verre, de la faïence, du
marbre et autres corps fragiles.
On rompt les corps dont les parties sont si bien liées
qu'on ne peut pas les séparer sans employer de la force; on
rompt le pain, un bâton, des nœuds, des fers.
Un ^essieu casse et se rompt : il casse lorsqu'une secousse,
un cahot violent le fait fendre comme du verre; il se rompt,
lorsqu' après avoir fléchi sous la surcharge, il faut que ses
parties faibles se séparent.
On brise toutes sortes de corps solides, dès qu'on les met
en pièces par une action violente. Ainsi on brise une glace
qu'on casse en mille morceaux.
Au figuré on dit: casser un testament, un contrat, l'an-
nuler; casser un officier, le priver de son grade; un homme
cassé de vieillesse, un homme affaibli, débilité par la vieillesse.
Briser s'emploie figurément quand on dit : Les vagues se
brisent contre les écueils. ^ Les cahots de la voiture m''ont
brisé, m'ont excessivement., harassé. Ce peuple a brisé le
joug, s'est affranchi. Brisons là-dessus, n'en parlons plus. —
Se briser se dit aussi de meubles composés de diverses
pièces, qui peuvent aisément s'allonger et s'accourcir: Une
porte-brisée. Un bois de lit qui se brise. Des volets qui se
brisent.
Bompre s'emploie en plusieurs acceptions figurées : Vous
me rompez la tête, vous m'étourdissez par le bruit que
vous faites, ou, vous m'importunez par vos discours hors de
raison. Tai rompu la paille avec lui, j'ai cessé de lui