Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
257
paroles de l'emblème ont toutes seules un sens plein et
achevé, et même tout le sens et toute la signification qu'elles
peuvent avoir avec la figure ; ce qui n'est pas vrai des
paroles de la devise, qui ne s'entendent bien que quand
elles sont jointes à la figure.
On ajoute encore cette différence, que la devise est un
symbole déterminé à une personne, ou qui exprime quelque
chose qui la concerne en particulier ; au lieu que Vemblème
est un symbole plus général. Lemblême suppose souvent
une comparaison entre des objets de même nature ; la devise
porte sur une métaphore, et souffre que les objets comparés
soient de nature différente, (roubaud.)
L'Académie ajoute encore qu'une des différences de la
devise et de Vemblème, c'est que dans la devise on n'admet
guère la forme humaine. La devise de Louis XIV était
un soleil qui éclaire un monde, avec ces mots : nec pluri-
bus impab.
Devise se dit par extension d'un ou de plusieurs mots,
formant une espèce de sentence qui indique les goûts, les
qualités, la résolution etc. de celui qui les a adoptés: Paix
et peu. Plutôt mourir que changer. Diversité, c^est ma
devise.
Le mot emblème se dit quelquefois simplement pour sym-
bole : Le coq est Vemblème de la vigilance. Un serpent qui
se mord la queue était chez les Egyptiens Vemblème de
Véternité.
497. ennemi, adversaire, antagoniste.
Les ennemis cherchent à se nuire; ils se haïssent, et le
cœur est de la partie. Les adversaires font valoir leurs
17