Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
218
Se laisser dire des injures. On a laissé échapper le prisonnier.
Laisser faire et laisser dire signifie ne pas se soucier de
ce que fait ou 'dit quelqu'un. Laisser aller veut dire:
négliger ses affaires, ne pas s'en mettre en peine. Laisser
faire et laisser aller peuvent s'employer substantivement:
Cet homme a du laisser-aller, il a une sorte de négligence,
d'abandon.
424. FANTASQUE, BIZARRE, CAPRICIEUX.
Le fantasque est sujet à des fantaisies; il s'écarte du
goût par un excès de délicatesse ou par une recherche de
faire mieux, faite hors déraison: Esprit, humeur fantasque.
Le bizarre est extravagant dans son mauvais goût ; il pour-
suit dans son ajustement, dans son langage tout ce qui est
extraordinaire; il veut toujours s'écarter de l'ordre commun.
On peut avoir l'humeur, l'esprit bizarre, suivre une mode
bizarre, avoir un accoutrement bizarre.
Le capricieux a de l'inégalité d'humeur; son goût est
inconstant et change subitement, il a en tout quelque chose
d'arbitraire. Ce mot ne se dit que de personnes et d'animaux:
Cet homme a Ihumeur capricimise. Ce cheval est capricieux.
On ne parle pas d'un sort, d'un usage capricieux, d'une
mode, de la fortune capricieuse; mais on parle des caprices
du sort, de l'usage, de la mode, de la fortune.
425. FÉLICITÉ, BONHEUR,
Ld, félicité est l'état permanent d'une âme contente, une
jouissance intime de ce que nous nommons être heureux,
n ne se dit guère en prose au pluriel, par la raison que
c'est un état de l'âme; mais en poésie on parle des féli-
cités de ce monde. Le bonheur vient des événements heureux