Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
14
pas (Taction, d. I.e titre qui constitue une part d'une com-
pagnie de commerce: Les actions de cette société ont haussé,
ont baissé. Une action de mille francs, e. Une poursuite en
justice- Intenter une actioîk contre quelqu'un.
Acte se dit, en termes de jurisprudence, de tout ce qui
se fait entre particuliers: Acte passé pardemnt notaire. La
division d'une pièce dramatique s'appelle a^ssi des actes:
Une pièce en trois actes, en cinq actes.
15. admettre, recevoir.
On adviet dans sa familiarité et dans sa confidence ceux
qu'on en juge dignes ; on reçoit dans les maisons et dans les
cercles ceux qu'on y présente; aussi ce verbe s'emploie quelque-
fois absolument. Admettre suppose un objet plus intime et
plus de choix; pour recevoir, il faut moins de précaution.
Admettre signifie aussi: reconnaître pour véritable: Cest
7m fait que je ne puis admettre. Il signifie aussi: souflrir,
en parlant de choses : Cette affaire n admet pas de retard,
16. affligé, faché, attristé, contristé, mortifié.
Une personne affligée a le cœur pénétré de douleur, et
une personne fâchée ne ressent qu'un simple mécontentement.
On est affligé de la perte de ce qu'on aime, d'une maladie
dangereuse, d'un bouleversement de fortune; on fâché
d'une perte de jeu, d'une partie manquée, d'un contretemps.
Attristé et centriste ont leur cause des maux plus éloignés
et moins personnels que ceux qui produisent les deux précé-
dentes situations. Contristé dit plus que attristé. On est
attristé d'une maladie populaire, d'une continuation du
mauvais temps, des accidents qui arrivent sous nos yeux;
on est contristé d'une calamité générale.