Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
140
285. rêve, songe, rêverie.
Le mnge est propre au sommeil; le rêve est de la veille
comme du sommeil, et s'appelle rêverie quand l'esprit est
occupé d'idées vagues qui l'intéressent. Le rêve est de
l'homme rêvant, la rêverie est d'un rêveur. Les rêveries
peuvent être agréables ou douces, sombres ou mélancoliques.
L'homme éveillé ne fait pas des songes, il fait des rêves.
Mais aussi l'homme endormi fait des rêves, qui, comparés
avec les songes, sont plus vagues, plus étranges, plus inco-
hérents. Il y a des songes prophétiques qui s'accomplirent;
mais on ne dira jamais la même chose des rêves: ce sont
de fausses visions, des imaginations folles, des idées creuses.
Rêverie se dit encore du délire en maladie: E rÙ a jamais
de fièvre, qu'il ne tombe en rêverie.
Pour exprimer un grand étonnement d'une chose qui est
arrivée, ou dit que c'est un songe: U me semble que j'ai
fait un songe.
Encore au figuré, nos projets sont des rêves, la vie est
un songe,
286. revenir, retourner.
On revient au lieu d'oii l'on était parti. On retourne
au lieu où l'on était allé. On revient dans sa patrie. On
retourne dans son exil.
On dit aussi: revenir'k\di^evi\i,retourner3.\xcx\mQ, (girard).
On emploie entre autres encore revenir dans les acceptions
suivantes : revenir à soi, ou simplement revenir, reprendre
ses esprits après un évanouissement; revenir d'une frayeur,
d\me surprise, reprendre ses esprits après avoir été effrayé,
surpris ; je n'en reviens pas, je suis on ne peut plus étonné ;