Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
134
TJn acte par lequel on se reconnaît dépositaire de quelque i
chose s'appelle aussi une reconnaissance. Si vous me confiez !
ces papiers, je vous en ferai ma reconnaissance. Mie me
montra plusieurs reconnaissances du mont de piété.
275. RECUEIL, COLLECTION.
Les choses que la collection met ensemble, le recueil les
nnit, les lie, les resserre plus étroitement. La collection
forme un amas, un assemblage; le recueil forme un corps
ou un tout ; il y a du moins plus de liaison, de dépendance ,
et de rapport entre les parties d'un recueil qu'entre celles de
la collection. — Oii appelle plutôt recueil une petite collec- ^
tion, et collection im grand recueil.
276. RÉFORMATION, RÉFORME.
La réformation est l'action de réformer, la réforme en
est l'effet.
Dans le temps de la réformation, on travaille à mettre
en règle, et Ton cherche les moyens de remédier aux abus.
Dans le temps de la réforme, on est réglé, et les abus
sont corrigés.
Ainsi,' lorsqu'on veut s'exprimer exactement, le changement
que Luther, Calvin etc. fii'ent à la religion, s'appelle la r^or-
m^btion ; mais la communion protestante qui s'en est formée,
c'est la réforme. — Réformation, c'est l'action, réforme^
c'est le résultat, l'établissement de la nouvelle doctrine.
277. REGARDER, CONCERNER, TOUCHER. j
H y a une espèce de gradation dans la signification de
ces trois verbes, de manière que le dernier renchérit siu* le
second, et le second sur le premier. Nous ne prenons qu'une