Boekgegevens
Titel: Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Auteur: Hoeven, A. van der
Uitgave: Amsterdam: J.M.E. Meyer, 1868
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: IWO 680 H 4
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_204926
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Synoniemen, Leermiddelen (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Recueil de synonymes de la langue Française: destiné aux écoles d'instruction moyenne en Hollande
Vorige scan Volgende scanScanned page
113
Le sens ^ohscwrcir, c'est de faire perdre à un objet sa
lumière, rendre obscur: Les nuages obscurcissent le jour, et
pronominalement: Le temps s'obscurcit. L'objet qui vous
éblouit vous offusque, et vous n'en soutenez la lumière qu'à
mesure qu'elle s'obscurcit.
Obscurcir s'emploie aussi figurément: Cela a obscurci sa
gloire. Son esprit s'obscurcit.
Offusquer, pris figurément, signifie: choquer, déplaire,
donner de l'ombrage : Cet homme Voffusque depuis longtemps.
Il a un rival qui l'offusque,
238. oisif, oiseux.
Être oisif signifie: ne rien faire, être sans occupation. Un
ouvrier qui n'a pas d'ouvrage est oisif. Oiseux marque l'ha-
bitude, le goût de ne rien faire. L'ouvrier qui ne veut pas
travailler est oiseux.
Oiseux se dit aussi de choses, et signifie: inutile, qui n'est
bon à rien : Se livrer à des goûts oiseux. Ce ne sont que
des paroles oiseuses.
'Aussi oisif se dit quelquefois de choses: une vie oisive,
c'est la vie d'une personne oisive. La valeur est oisive pen-
dant la paix, c'est qu'on n'en fait pas usage.
239. ombrageux, soupçonneux, méfiant.
If ombrageux voit tout eu noir ; tout l'offusque. Le soup-
çonneux voit tout en mal; tout le choque. Le méfiant est
toujours en garde; il craint tout.
Le caractère d'un homme ombrageux, c'est qu'il est timide,
que sou ombre l'efïraye; celui du soupçonneux, c'est qu'il
vit de soupçons, et conjecture toujours le mal; celui du
méfiant, c'est qu'il craint toujours d'être trompé.