Boekgegevens
Titel: Aperçu de la grammaire Hollandaise
Auteur: Eys, W.J. van
Uitgave: La Haye: Martinus Nijhoff, 1890
[S.l.]: Zuid-Hollandsche boek- en handelsdrukkerij
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3700
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_203760
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Nederlandse taalkunde
Trefwoord: Nederlands, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Aperçu de la grammaire Hollandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
PllH -^r-^V i" .
17
Ie datif, qui soient modifiés ^et de-^^e^-^àë
saurait être toléré qu'en poésie. npota s^y ^'efuseut
meme absolument comme ceux en r et en Z; on ne peut
dire: den vadere^ au père; den spiegele^ au miroir. En
parlant, les désinences des cas ne se font guère plus
entendre ; on dit généralement : ik heb de hond , et non
pas, den hond verkocht^ j'ai vendu le chien; îkhebmijn
vader et non pas mijnen vader gezien^ j'ai vu mon père;
de zoon van de hiiiirman, et non pas de zoon van den
huurman ; et encore moins ou plutôt jamais de zoon des
buunnam, le fils du voisin. On emploie donc, comme
en français, les prépositions van, de; aan, à, etc., pour
remplacer les désinences des cas.
Le datif ne peut cependant pas toujours être remplacé
par „aan", à; p. ex. men kan het hem aanzien, on le
voit à sa mine; on ne peut pas àivQ ^ aan hem'*^ hij ont-
stal hem een gulden, il lui vola un florin; et non pas:
hij ontstal aarp hein. Dans quelques locutions adverbiales
le datif s'est aussi conservé, non seulement en écrivant,
mais aussi en parlant; ex. in den vreemde, à l'étranger;
in den ivilde, à l'aventure, à la débandade. Quand la
préposition te, h., précède l'article au datif masc. etfém.
den et der, les deux mots se contractent en ten et ter ; ex.
teyi tijde xan, du temps de ; ten slotte van, à la fin de ;
ter eere van, eu l'honneur de; et dans ces cas on écrit
et l'on prononce la caractéristique e du datif.
Une façon populaire, mais fort en usage, d'exprimer
le génitif, c'est d'employer une périphrase; on dira donc
au lieu de: de tuin mijns vaders, le jardin de mon père;
mijn vader zijn tuin, littéralement: mon père son jardin.
Au lieu de : de kippen mijner buurvrouw, les poules de
ma voisine, on dira: mijne buurvrouw hare kippen, ma
voisine ses poules. Il faudra probablement considérer
2