Boekgegevens
Titel: Aperçu de la grammaire Hollandaise
Auteur: Eys, W.J. van
Uitgave: La Haye: Martinus Nijhoff, 1890
[S.l.]: Zuid-Hollandsche boek- en handelsdrukkerij
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3700
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_203760
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Nederlandse taalkunde
Trefwoord: Nederlands, Grammatica's (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Aperçu de la grammaire Hollandaise
Vorige scan Volgende scanScanned page
s

12
Les noms, substantifs et adjectifs, terminés par une
Yoyelle, intercalent unj devant les désinences plurielles et
casuelles afin d'éviter l'hiatus ; ex. koe, vache ; koejen,
vaches.
knîe, genou. kniejen, genoux.
rei, choeur. reijen, choeurs.
stroo, paille. stroojen, de paille.
kwee, coing. kiceejen, coings.
' Dans quelques mots _ƒ a remplacé d; ex. herbes
pour kriiiden-, uîjer, pis de la vache, pour uider.
Plusieurs auteurs écrivent koeien, strooien, etc. avec
i {voyelle) au lieu de j {semi-voyelle), défigurant ainsi sans
aucune raison, la forme radicale du singulier koe, stroo,
etc. Le pluriel de ces mots n'est pas koe-ien, stvoo-ien,
& (comparez la prononciation de ie); la seconde syllabe
se prononce avec j, correspondant comme son à „y"
dans „ayant"; î ne peut remplacer j. L'orthographe de
ces auteurs nécessite encore un autre signe orthographique ;
au lieu du j, ils se servent du tréma, afin de distinguer
dans cette accumulation de voyelles, le mot de son suffixe :
kiveeën, knieën-, mais nous ne prononçons jamais kweeé'n
mais toujours kweejen.
Ainsi étymologiquement il y a un i de trop; phonéti-
quement le son est mal rendu et grammaticalement la
forme plurielle {ien pour en) est fautive. L'hiatus qui
s'entend dans: théâtre, théisme, théologie, n'est pas toléré
en hollandais.
QUELQUES LOIS PHONÉTIQUES OBSERVÉES SEULEMENT DANS
LA PRONONCIATION.
Les explosives douces, à la fin d'un mot ou d'une
syllabe, se changent en leur correspondantes fortes; ex.
J
■ /.;