Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
ÔO
une note: „I have allowed this explanation to stand; yet with
many* misgivings whether trivial is not from trivium in another
sense ; that is , from the trivium , or three preparatory disciplines,
grammar, arithmetic, and geometry, — as distinguished from the
four more advanced, or quadrivium ; these and those together being
esteemed in the Middle Ages to constitute a complete liberal educa-
tion. Preparatory schools were often called trivial schools , as oc-
cupying themselves with the trivium."
tromper, bedriegen , derive du mot trompe, trompet. Le sens
propre et ancien de tromper est joùer de la trompe : allusion aux
charlatans qui attiraient le public à.son de trompe pour le duper;
de là le sens actuel de duper.
trop, TE VEEL, d'après Littré de l'anc. subst. franç. trop, signifiant
troupeau, employé adverbialement pour signifier excès de quantité,
truie, ZEUG, d'après Diez et Brächet, du lat. troja qui a la même
signification. Les Romains désignaient sous le nom de cochon de Troie
(porcus trojanus) un cochon rôti, dans le ventre duquel on avait
placé des oiseaux et d'autres animaux (par allusion au cheval de
Troie, dans le ventre duquel étaient enfermés Ulysse et ses
compagnons). Par assimilation le peuple de Rome nomma la
femelle du verrat troja qui donna truie en français. (Voir Taal-
studie Vin, page 212).
Univers, heelal, du lat. universus, tout entier, comp, de unus, un,
et vertere, tourner. Proprement : qui est tourné en un, mis en
un, rassemblé. Primitivement univers était adjectif. P. e. Un pré-
tendant et aspirant à l'empire univers ne peut tousjours avoir ses
aises. (Rabelais).
urbanité , wellevekdheid , du lat. urbanitas, de urbanus, urbain,
steedsch, wellevend. Urbanité, signifiait à l'origine (comme le lat.
urbanitas) manière de parler de la ville, en opposition au langage
rustique; aujourd'hui il signifie en général: politesse que donne
l'usage du monde. Le mot urbanus dérive de urbs, ville, qui,
à son tour, est tiré du verbe urbare, tracer le sillon au moyen
d'un soc (lat. urbum), ploegijzer. — C'est que les Anciens , avant
de fonder une ville, attelaient un taureau et une vache (sym-
bole de la fertilité qu'ils espéraient pour leur nouvelle fondation),
devant une charrue, moyennant laquelle ils traçaient le sillon des
limites, ils faisaient la délimitation de la cité. — Urbs, ville, signi-
fie donc littéralement : endroit, lieu, tracé au moyen d'un soc (urbum).
utile , KÜTTIG, anc. franç. utle, du lat. utilis, du verbe utor, uti,
se servir, user. Il signifie donc proprement: qui sert à q. ch.
Vagabond , landlooper , du lat. vagabundus , de vagari, vaguer,
zwerven, et la terminaison undus, de unda, onde, abondance.
Vagabond signifie donc proprement : qui abonde à vaguer , de là :
qui erre ça et là. Le suffixe susdit se retrouve en quelques autres