Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
78
par extensiou, délasser du travail par quelque amusement. Il
ne faut pas confondre récréer avec recréer, qui dérive de même de
recreare, mais qui a le sens propre de : créer de nouveau, tandis
que récréer a plutôt le sens figuré. Une pareille différence de
signification se retrouve encore dans d'autres mots précédés alter-
nativement de re ou de ré. Par ex. reformer, c'est former de
nouveau ; réformer, c'est donner une meilleure forme. Repartir,
c'est répliquer, ou partir pour retourner, partir de nouveau ; répartir,
c'est distribuer en plusieurs parts. Repondre, c'est pondre de nouveau;
répotidre, c'est répliquer.
recrue, rekkuut, part, passé fém. (pris substantivement) du verbe
recroître; la recrue étant une nouvelle levée de soldats, xm accrois-
sement du nombre. Ensuite le mot s'est dit des soldats de nouvelle
levée, des nouveaux soldats. Le sens primitif de ce mot a dé-
terminé son genre, qui, pour cela, est féminin,
redingote, jas, overjas, de l'angl. riding coat, qui signifie littéra-
lement rijkleed.
redoute, wijkschans. Il n'y a aucun rapport de sens ni d'éty-
mologie entre ce mot et le verbe redouter, craindre fort, duchten,
formé du préf. re, sens augmentatif ou ampliatif, et douter, qui
avait dans l'ancien franç. la signification de craindre. Redoute,
au contraire, est venu, au I6e siècle, de l'italien ridotto, réduit,
retraite, et a pris en franç. le sens de petit fort détaché,
reél, WEZENLiJK, du lat. realis, de res, chose; de là le sens de: qui
existe effectivement.
religion, godsdiekst, du lat. religionem, dont l'étymologie est douteuse
entre relegere, recueillir, et religare, relier. Dans le premier cas
religion signifie proprement: recueil de formules religieuses; dans
le second cas: formule qui lie l'homme à Dieu,
remords, wroeging, de remordre, comp, du préf. re, sens réduplicatif,
et mordre. Donc proprement: ce qui mord vivement et continu-
ellement la conscience.
remous, zoo, kielwater, anc. franç rémois, subst. verbal de remoldre,
forme primitive de remoudre, le mouvement de l'eau, nommé remous,
étant comparé à l'action d'une meule ou d'un moulin.
rêne, teugel, anciennement resne, en italien redina, du lat. non-
classique retina, subst. formé de retinere, retenir. Proprement:
courroie qui sert à retenir, à arrêter.
rempart, wal, anciennement et plus correctement rempar, subst.
verb, du verbe rempurer, qui, dans l'anc. franç. signifiait fortifier;
de là le sens de: enceinte garnie de bastions couronnés d'un
parapet, entourés d'un fossé.
repaire, legeb, hol, roofsest, de l'anc. verbe repairer, retourner chez
soi, retourner dans sa demeure. Repairer dérive du lat. repatriare
(du préf. réitératif re, et patria, patrie) qui signifie mot à mot;