Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
72
et poindre), proprement : piquer à travers. Pourpoint signifie donc
mot à mot: habit hrodé.
pourtant, echter, nochtans. Ce mot, aujourd'hui synonyme de néan-
moins, s'écrivait anciennement pour tant et signifiait : pour si grande
chose, pour tout cela, pour cette cause. Montaigne parle d'un sol-
dat qui ne faisait jamais de quartier à ses ennemis et les tuait im-
pitoyablement , et il ajoute : Pour tant il ne combattait que de
masse, c.-à-d. : Pour cette cause il ne combattait qu'armé d'une
masse d'armes. Le sens primitif a passé ensuite en celui de: pour
si grand que ce soit, malgré cela, néanmoins.
poutre , BALK , anciennement poultre , du bas-lat. puletra, jument,
qui était le sens originaire de poutre. Ensuite ce sens a passé en
celui de pièce de bois qui sert à soutenir les solives d'un plancher,
par une application assez fréquente qui consiste à donner aux pièces
de bois qui soutiennent, le nom d'animaux qui portent des far-
deaux: c'est pour la même raison que chevalet, schraag, schilders-
ezel, est dérivé de cheval.
praline , bruidsuiker , mot d'origine historique ; du nom du maréchal
de Praslin, dont le cuisinier inventa ce bonbon au 17e siècle,
précaire , vergdnd , onzeker , du lat. precarius,, de prex, precis ,
prière ; donc proprement : obtenu par prière, de là : qui ne s'exerce que
par permission, que par tolérance, avec dépendance, et, par extension,
qui a peu de solidité ou peu de garantie de durée. (Voir Taalst. VIII, 15.)
préalable, vookafgaand , voorloopig , ^ourpréallable, dupréf.^jr^
et aller. Proprement : qui va devant ; de là : qui doit être dit,
fait, examiné avant qu'on passe outre.
prêcher, prediken , du lat. praedicare, de prae , en avant, et di-
care, faire connaître ; de là ensuite le sens restreint et particulier
de: annoncer la parole de Dieu. Le mot holl. prediken est tiré du
mot lat. susdit.
précipice, afgrond , dérivé de prae , en avant, et de caput, tête.
Proprement: lieu où l'on va la tête en avant, où l'on est préci-
pité , jeté de haut en bas. Le sens actuel est celui de : espace très
profond et à bords escarpés.
précipiter, kederstorten, doen zinken, verhaasten, &éviséàeprae,
en avant, et de caput, tête. Proprement : jeter de haut en bas ,
la tête la première, d'où le sens de : faire tomber dans un grand
malheur ou dans un grand danger. La chute do haut en bas ren-
ferme l'idée d'une grande vitesse, d'une vitesse croissante ; de là
le sens de: hâter, accélérer.
précoce, vroeg, vroeg rijp , dérivé de prae, en avant, et coquere,
cuire, mûrir. Donc, mûr avant là saison, prématuré,
préface , voorrede , de prae , avant, et fari, dire. Donc , mot à
_ mot : ce qu'on dit auparavant ; de là : discours préliminaire mis
en tête d'un livre.