Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
71
plètcment, le plus longtemps possible, et sister e, fixer, arrêter,
fréq de stare, être debout. Persister a donc à peu près la même
signification que persévérer (voir ce mot), c.-à-d. demeurer ferme
dans un sentiment, une résolution. La différence caractéristique de
ces deux mots est énoncée par les mots ferme et constant.
l)erspieacc, scheandek, scheepzinnig , du \eà.perspicacem, comp.de
per, complètement, au travers de, et spicere, voir. Proprement: qui
voit complètement les choses, qui voit à travers les choses; de là:
qui a une pénétration d'esprit.
persuader, oveebeden, du lat. persuadere, comp. de per, complète-
ment, au plus haut degré, et suadere, conseiller. Donc, propre-
ment: conseiller au plus haut degré; de là le sens de: porter à
croire, décider à faire.
pervertir, bedekven, du lat. pervertere, comp. de per, complètement,
et vertere, tourner. Donc, proprement: tourner complètement, en-
tièrement; d'où ensuite le sens de: faire changer de bien en mal
en matière de morale. (Voir converser).
peuple, voLK, du lat. poptdits, lequel a pour racine le grec polus,
beaucoup, plusieurs, d'où ont été tirés d'abord le grec polis, ville,
et le grec politeia, gouvernement. Le peuple est donc une multi-
tude d'hommes d'un même pays et vivant sous les mêmes lois.' '
piété, veoomheid, pitié, mrdeïjut)^^^ An \a.t.pietatem {àepius, pieux),
qui a donné ces deux mots formant doublet, lesquels, originai-
rement employés l'un pour l'autre, ne se sont distingués que tar-
divement en ces deux formes et ce double sens,
plafond, plafond, zolderino, proprement plat fond, ou fond plat,
étant la surface ordinairement plate qui forme la partie supérieure
d'un appartement.
plonger, indompelen, d'une forme non latine plumhicare, iepliim-
hmn, plomb. Il signifie donc proprement: tomber à plomb.
poignard, dolk, dérivé àe poing ; le poignard étant une arme qui
se porte au poing.
poltron, bloodaabd. D'après Lafaye, poltron vient du lat, pollex
truncus, signifiant: qui s'est coupé le pouce; moyen qu'employaient
chez les Romains ceux qui voulaient se soustraire au service
militaire.
portrait, tortrët, du yf^rha portraire ^ qui, dérivé du Idâ. protra-
here {OiQ pro, en avant, et trahere, tirer) signifie proprement: tirer
en avant; d'où ensuite le sens de: dessiner, faire l'image d'une per-
sonne à l'aide du dessin.
2»otenee, galg, du lat, potentia, puissance, et delà: appui, bâton,
béquille, et, par comparaison avec la forme: gibet,
pourpier, postelein , du lat. puUipes, pied de poulet, qui est un
des noms de cette plante, à cause de la forme do ses feuilles,
pourpojiit, WAJ1BUIS, do l'aiicien \eihe 2^ourpoindre (comp. do pour