Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
69
plètement, remettre; d'où ensuite le sens de: remettre la punition
ou la vengeance, et de là: faire grâce, excuser,
parents , ouders , ou , au sing, bloedvebwant, du lat. parentem, de
par ere , engendrer. Proprement : qui engendre ; d'où le sens de :
père et mère collectivement ; par extension, ceux de qui l'on descend,
et ensuite: qui est de la même famille.
parmi, te midden van , tusschen, onder, vieux franç. par-mi, de
par (per) et mi (medium), milieu. Littéralement: par le milieu de,
au milieu de, entre. Après la préposition parmi on emploie tou-
jours lequel au lieu de qui : Voilà les rois parmi lesquels on
placera ce monarque.
partant, bugevolg, derhalve, du lat. par tantum ; littéralement,
pour autant, et de là: par suite, par conséquent, par ce motif,
partir, veetrekken , du lat. partiri , qui, dérivé de partem, part,
signifie proprement: diviser en plusieurs parts. Partir a donc
essentiellement le sens de: partager, diviser, séparer; de \h, se partir
d'un lieu au moyen âge, ce qui signifiait : s'éloigner, se séparer d'un
lieu ; d'où ensuite le sens de quitter un lieu, que le mot partir
a actuellement. Le sens primitif de partir est conservé dans charte-par-
tie, chambre mi-partie. Les chambres mi-parties étaient des tribunaux
institués par l'Edit de Nantes, composés par moitié de juges pro-
testants et de juges catholiques. Robe mi-partie de rouge et de noir,
parvenu , gelukskind , parvenu , du verbe parvenir, . qui signifie
proprement: venir complètement, arriver jusqu'au terme qu'on
s'est proposé. Parvenu se dit donc d'une personne obscure qui est
venue au terme qu'elle s'était proposé, c.-à.-d. qui a fait fortune,
pataquès, platte uitspraak, proprement: pas-t-à qu'est-ce. Faute
de liaison qui consiste surtout à faire entendre un t final, quand il
y a un s, ou réciproquement. Voici quelle est l'origine de ce mot
d'après Domergue, Manuel des amateurs de la langue française. Un
jeune homme se trouvait un jour dans une loge du Théâtre-Fran-
çais, à côté de deux dames d'une toilette fort brillante, mais dont
la conversation répondait peu à leur parure. Tout à coup il aper-
çoit à terre un éventail, le ramasse, et s'adressant à l'une de ses
voisines: Madame, lui dit-il, cet éventail est sans doute à vous?
Non, monsieur, répond-elle, il n'est point-s-à moi. Il est donc à
vous, madame, dit-il à l'autre. Non, monsieur, répond cclle-ci, il
n'est pas-t-à moi. Ma foi! reprend le jeune homme, il n'estpas-^-à
l'une, il n'est point-z-à Vautre, je ne sais vraiment-z- alors pas-t-
à qu'est-ce. L'aventure fit du bruit et donna naissance à ce mot
populaire pour toute liaison faite contrairement aux lois de l'usage,
soit au moyen d'un t, soit au moyen d'un s (Voir le mot velours).
payer, betalen, du lat. x>acare, de pax, paix. Proprement:
apaiser, satisfaire; d'où le sens de payer, parce que le payement
apaise, satisfait.