Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
68
outrager, beleedigen, honen, du subst. outrage, qui est dérivé de
outre. Outrager signifie donc proprement : aller outre, au delà de
toute borne ; d'où le sens de : outrepasser les bornes en fait d'offense,
c.-à.-d. offenser cruellement.
ovale, ovAAL, de ovum, oeuf; donc: ayant la forme d'un oeuf
(c.-à.-d. d'un oeuf coupé par le milieu, dans le sens de sa longueur).
Pour le holl. eivormig , eirond, nous avons le franç. ové, provenant
de même du lat. ovum, oeuf.
ovation , hulde , de ovis, brebis ; nommé ainsi, parce que, à Rome
dans le petit triomphe, appelé ovation, on n'immolait qu'une
brebis à Jupiter, au lieu du taureau, qui était la victime dans le
grand triomphe.
Païen, heiden , du lat. paganus, paysan, de pagus, village, localité
à la campagne, à cause que le paganisme persista plus longtemps
parmi les gens de la campagne que parmi ceux des villes. Comp.
l'angl. pagan et heathen, l'allem. Heide, le holl. heiden; les trois der-
niers mots désignent originairement un habitant des bruyères. En style
biblique heiden se traduit par Gentil. Saint Paul est l'apôtre des
Gentils.
palliatif, verzachtend middel , schijnmiddel, du laA. palliare, pal-
lier, c.-à.-d. couvrir d'un voile, d'un manteau, àe pallium , voile,
manteau. Donc, la signification primitive est: ce qui couvre un mal
d'un manteau, d'un voile, d'un déguisement, d'une excuse, d'où,
en médecine, le sens de : ce qui a la vertu de calmer, de soulager
momentanément, et de là, ce qui ne guérit qu'en apparence,
pamphlet, vlugschript, (iQnimationà&palme-feuillet, c.-à.-d. feuillet
qui se tient à la main. Les Anglais le dérivent du franç. par un
filet; parce que, disent-ils, c'est un livre de quelques feuilles, cousues
ensemble par un filet. La première dérivation est la plus probable,
panier, mand , de panis , pain. Donc, la signification originaire
était celle de: corbeille à pain. Aujourd'hui panier signifie cor-
beille en général.
panser, (wonden) verbinden, anciennement ^ewser, du pensare
peser. Il signifie donc proprement : examiner une chose attenti-
vement , veiller sur, se soucier de ; d'où le sens de soigner , et
ensuite le sens actuel d'appliquer des appareils sur une partie
malade. Panser un cheval, een paard schoonmaken.
pantalon, broek , ce vêtement a été ainsi nommé, parce qu'il était
en usage chez les Vénitiens , nommés eux-mêmes Pantalons, à cause
que Santo Pantalone était fort en honneur parmi eux.
parapet, borstwering , du lat. parare, parer, garantir, et petto,
poitrine. Mot à mot: qui protège la poitrine. Ce mot est donc
de même formation que parachute, parapluie, parasol.
pardonner, vergeven , du préf. lat. jper, dans le sens de: com-
plètement, et donare, donner. Donc, proprement: donner corn-