Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
65
nation, volk, du ht nationemj qui vient de natus, né. Nation^
dans l'anc. franç., comme en latin, signifiait; naissance, nature.
La nation est donc une société d'hommes de même race, qui ont
une naissance ou une origine commune.
nature, natuur , du lat, natura, qui se rattache au verbe lat. nasci^
naître. En effet natura et nasci sont tous deux dérivés du sanscrit
jan, engendrer. Nature signifie^ donc primitivement l'engendrante,
la force qui engendre, qui fait naître; de là ensuite les sens con-
sécutifs que ce mot a actuellement.
naufrage, schipbreuk, du lat. naufragitim, de navis, nef, navire,
et frangere, briser. Donc, le brisement d'un navire, la perte d'un
vaisseau. Un naufragé = schipbreukeling. Le navire a péri corps
et biens, het schip is met man en muis vergaan.
néanmoins, niettemin, nochtans, comp. de 7iéant et moins. Il si-
gnifie donc: rien moins, non moins, ne pas moins; p. ex.: il est
fort jeune et néanmoins sérieux, c.-à-d. il n'en est pas moins sérieux,
néant, niet (subst.), nietigheid , du lat. ne ou nec, non, ni, et
ens, entis, l'être. Proprement: non-être; de là: ce qui n'existe pas.
néglig"er, verwaarloozen , du lat. negligere, comp. de nec, ni, non,
et legere y prendre. Proprement donc: ne pas prendre; d'où ensuite
le sens actuel de : ne pas avoir soin de q. ch., traiter q. ch, avec
moins de soin qu'il n'en faut.
négoce , handel , de nec, ni, ne, non, faisant fonction de préf.
nég., et otium^ loisir. Donc, littéralement: pas de loisir. En effet,
celui qui veut réussir dans le commerce a peu de loisirs, a besoin
d'une activité sans relâche.
népotisme, begunstiging van bloedverwanten, du lat. nepos^ neveû.
Autorité que les neveux ou les parents des papes ont eue autrefois
dans l'administration des affaires de Rome. Par extension : désir
chez un homme en place de favoriser ses proches parents,
niais, eenvoudig , dom , du lat. nidus, nid. Le mot niais est à
l'origine un terme de fauconnerie et signifie: pris au nid, en par-
lant d'un faucon qui n'est pas encore sorti du nid; d'où ensuite le
sens de sot, de simple, d'inexpé^menté, de maladroit, sans
usage du monde. Il se dit aussi des manières, du ton, etc. (Voir
béjaune.)
uicotine, nicotine, mot d'origine historique, du nom de J. Nicot,
ambassadeur de France à Lisbonne, qui envoya la plante du tabac
à Cathérine de Médicis, en 1560, L'ancien et premier nom du
tabac était nicoiiane ; tandis que la nicotine est la substance très
vénéneuse qu'on extrait de la niçotiane (tabac.),
nitouche, geniepige vrouw of meisje, usité seulement dans la locu-
tion familière : sainte nitouche, ou plutôt ; sainte n'y touche, comme
on disait autrefois. C'est donc une sainte qui n'y touche pas, une
femme qui a l'air de ne pas y toucher, et, par suite, une femme
5