Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
62
qu'il n'avait pas à l'origine. Habitation est devenue: méchante
habitation menacée de ruine, et ensuite: ce qui reste d'une habi-
tation tombée en ruines.
miltin, BnLQOND, anc. franç. mastin, du bas-lat. mansatinus, dérivé
de mansum, subst. participial de manere, rester, résider. Mâtin
signifie donc proprement: chien qui reste à la maison, delà: chien
de garde. Voir manant et permanent.
maugréer, vloeken, de maugré, forme ancienne de malgré, mau-
vais gré. Maugréer signifie donc proprement: témoigner son mauvais
gré, d'où ensuite: témoigner son mécontentement en jurant, en pestant,
maussade, onaangenaam, oubevalliq, gemelijk, anciennement waZ-
sade, de mau, mal et l'acc. adj. fr. sade, qui signifiait agréable,
qui est d'un goût, d'une saveur agréable. Maussade signifie donc
proprement: qui est de mauvais goût, d'oii ensuite le sens de dé-
plaisant, de mauvaise grâce.
mauvis, koperwiek, schat- of oranjelijstee {turdus iliacus), ancien-
nement malvis, du bas-lat. malvitius, qui est composé de malam,
mal, et vitis, vigne, le merle mauvis ayant reçu ce nom à cause
des ravages qu'il commet dans les vignes. On pourrait le traduire
par fléau de la vigne. Le mauvis est aussi appelé : grive de ven-
dange, tandis qu'on le nomme en allem. : Weingartvogel.
méchant, osdeugehd, slecht, gerikg, anciennement meschant et à
l'origine mescheant, du préf. mé, més (holl. mis), et ckeant.^ part,
prés, du verbe choir, tomber. Méchant signifie donc proprement :
tom^nt mal, donc, qui a mauvaise chance (voir ce mot), qui est
malheureux; de là vient le sens de: ne valant rien, chétif, insuf-
fisant; un pas de plus, en s'éloignant du sens primitif, conduit à
l'acception de : contraire à la probité en parlant des choses, et de :
enclin à mal faire, porté à faire le mal, en parlant des per-
sonnes.
ménage, huisgezin, hoishouding, anciennement mesnage, etàl'ori-
■gine maisnage, du bas-lat. mansionaticum, de mansio, maison.
Donc, proprement maisonnage, avec la signification primitive de:
dépense d'une maison; d'où ensuite les sens actuels,
menuisier, ■vvitweeker, dérivé de menu, klein, qui a formé aussi
le verbe menuiser, couper menu (le bois), le tailler, le travailler.
Menuisier signifie donc proprement: celui qui taille, travaille le
bois, en le coupant menu.
métairie, paciithoeve, anciennement métayerie, du bas-lat. medie-
taria, qui vient de médius, moitié ; ainsi nommé, parce que le loca-
taire d'une métairie, nommé métayer, donnait anciennement pour
fermage la moitié dëS fruits. Le substantif métayage est dérivé
du même radical.
mets, spijs, anciennement mes, du lat. missum, de mittere,
mettre. Proprement: ce que l'on met, ce que l'on sert, ce que l'on