Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
61
élevé, parce que la noblesse finit par donner cette dénomination
peu flatteuse aux manants, aux pauvres gens taillables et cor-
véables à merci, qui demeuraient sur les terres des seigneurs et
qui étaient peu civilisés.
manche , mouw , steel , du lat. mansca, de manus, main ; partie du
vêtement où l'on met le bras. Le mot manche (m.), steel, dérive
d'un bas-lat. manicum, pareillement de manus, main. C'est la partie
d'un instrument par où on le prend pour s'en servir. Dans ce cas
manche signifie littéralement : handvatsel.
mansarde , zoldeekamertje , mot historique, ainsi nommé d'après
l'inventeur Mansard, architecte du 17e siècle,
marâtre, stiefmoeder, du bas-lat. matrastra, Ae mater, mère, avec
la terminaison diminutive astra. Aussi marâtre ne signiflait-il pri-
mitivement que helle-mère, et ce n'est que peu à peu qu'il devint
dans la suite un terme injurieux, signifiant une mauvaise mère,
surtout par rapport aux enfants d'un autre lit. De là l'expression :
ce n'est pas une mère, c'est une marâtre.
maréchal, maarschalk, hoeesmid, anciennement mareschal, du bas-
lat. marescalcus, qui est d'origine germanique, c.-à-d. de l'anc.
haut-allem. marah, cheval, et scalc, celui qui soigne. Maréchal
signifie donc littéralement : domestique des chevaux. Ce n'était à l'ori-
gine qu'un simple serviteur de la maison des premiers rois de France,
auquel était confié le soin d'une partie des écuries et des chevaux
royaux. Plus tard, le maréchal fut chargé de ranger la cavalerie
en bataille sous les ordres du connétable (voir ce mot). Ce mot a
eu une singulière destinée, puisque, aujourd'hui encore, il signifie
tout à la fois celui qui est revêtu de la première dignité dans les
armées, et l'humble artisan qui ferre les chevaux. Dans le dernier
sens on dit aussi : maréchal ferrant.
maréchaussée, marechaussee , dérivé du bas-lat. marescalcus,
marescalcia, ou marescalciata, maréchal. Proprement et à l'ori-
gine: troupe commandée par un maréchal, A présent: corps de
cavalerie qui veille à la sûreté publique.
marivaudage , gemaakte stijl , mot historique, dérivé de Marivaux ,
écrivain du 18e siècle, auteur de plusieurs pièces fines et spirituel-
les , et dans lesquelles le style est raffiné , de même que les senti-
ments et l'expression.
marquis , maekies , markgraap, du lat, marcha, marche (holl. mark).
Proprement commandant préposé aux marches , e.-à-d. aux frontières,
marsouin, bruinvisch , zeevarken, de l'anc. allem. merisuin, allem.
mod. Meerschwein, pourceau de mer. i
martial, krijgshaftig, du lat. martialis, de Mars , dieu de la guerre.
Proprement : digne de Mars ; d'où le sens de : guerrier, belliqueux,
masure, bouwval , puinhoop , du bas-lat. mansura , demeure , de
manere, demeurer. Ce mot a pris une signification dépréciative,