Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
59
de, proche de, auprès de, qui n'est plus usitée que dans quelques
noms de lieux, comme: Passy-lez-Paris, c.-à-d. près de Paris, le
Plessis-lez-Tours, c.-à-d. près de Tours, etc.
licou, HALSTEE, KOORD, anciennement licol pour lie-col, de lier et
col ■= cou; lien pour lier au cou des bêtes de somme afin de
les attacher à l'écurie.
livrée, LivREi, du verbe livrer ; ainsi nommé parce qu'à l'origine
la livrée, ou comme on disait les habits de livrée, étaient ceux qu'un
seigneur, un prince, un roi faisait distribuer, livrait chaque année
aux gens de sa maison. Ces livrées rappelaient par leurs dessins
et leurs galons les armoiries du seigneur qui les donnait. Par ex-
tension : habits d'une couleur convenue, ordinairement galonnés,
que portent les domestiques d'une même maison,
loisible, geoorloofd, forme du verbe loisir, anciennement usité, et
qui avait la signification de : être permis. Loisible signifie donc :
qui est permis.
loisir, ledige tijd , infinitif (anciennement nsitéj employé substan-
tivement. Le verbe loisir dérive du lat. licere, être permis. Loisir
signifie donc proprement: permission de ne pas travailler; d'où le
sens de: temps accordé, temps laissé libre, temps qui reste dispo-
nible après les occupations.
lourd, ZWAAR, LOG, TRAAG, du lat. lurîdus, jaunâtre, livide; d'où
ensuite le sens de: sale, malpropre; puis, par une transition sin-
gulière : inerte d'esprit, paresseux, et enfin pesant,
loyal, REcnTscnAPEN, du lat. legalis (de lex, legis, loi), conforme à
la loi; d'où le sens de: conforme aux lois de la probité et de
J'honneur.
lucarne, dakvenster , du lat. lucerne, lampe, lanterne, dérivé de
lux, lucis, lumière. Do là le sens de : ouverture dans le toit d'une
maison pour donner de la lumière, du jour au grenier,
liicifer, morgen-en-avondsteh, do lux, lucis, lumière, et ferre, porter.
Donc, littéralement: qui porte la lumière. On donnait originaire-
ment le nom de Lucifer à la planète Vénus . qui, marchant le matin
devant le soleil, paraît au point du jour et semble apporter la
lumière.
lunette, kijkglas, verrekijkes, dim. de lune; les verres de lunette
ayant reçu ce nom à cause de leur forme ronde,
lustre, glans, luister, armkroon, vijftal jaren, Au\&t. lustrare,
purifier, nettoyer, puis rendre brillant, lumineux, d'où dérivent tous
les sens actuels de lustre-, brillant, poli, éclat; ustensile portant
plusieurs lumières; et enfin l'espace do 5 ans, parce que tous les
5 ans avait lieu à Rome le sacrifice expiatoire (zuiveringsofferande)
pour le cens ou dénombrement du peuple.
Magnanime, grootmoedig, comp. de magnus, grand, et animus,
âme; donc, mot à mot: qui a l'âme grande, de là: qui a le coenr