Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
53
harceler c'est proprement: frapper d'une baguette; d'où ensuite
le sens de tourmenter.
hasard, toeval , kans , anciennement asart, est un mot d'origine
orientale et vient de l'arabe al-sâr, le jeu de dés. Hasard signi-
fiait donc à l'origine : jeu de dés ; postérieurement ce mot prit le
sens de: chances du jeu, puis celui de: chances de la vie; événe-
ments fortuits.
hélas , helaas , anciennement écrit he ! las ! se compose de l'interj.
hé et de l'adj. las (lassus, malheureux). On disait au 13e siècle:
Cette mère est lasse de la mort de son fils. lié! las! que je suis!
c.-à-d. malheureux que je suis! Au 15e siècle les deux mots se
soudèrent et hélas devint inséparable. En même temps, las per-
dait toute son énergie primitive, et passait du sens de douleur à
celui de fatigue. — {Brächet).
hermine , heemelijn , anciennement ermine, du lat. armenius, armé-
nien. Proprement: fourrure d'Arménie: l'hermine ayant été im-
portée d'Arménie à Eome.
hésiter, aarzelen, du^lat. haesitare, fréq. de haerere, être attaché, arrêté ;
d'où ensuite le sens de : être incertain sur le parti qu'on doit prendre,
heur, geluk, goede kans , anciennement eilr, aür, du lat. augu-
rium , présage, puis : chance , bonne ou mauvaise , comme le prouve
bonheur et malheur. Quoique le mot heur soit peu usité, il si-
gnifie aujourd' hui: bonne fortune, chance heureuse, p. ex. dans
la locution heur et malheur.
hiver, winter , anciennement ivern, du lat. hibernus, qui paraît se
décomposer en hi, neige, ber, qui apporte , et nus , suifixe parti-
cipial. Donc proprement : qui apporte la neige.
homicide, manslag, doodslag , dérivé de homo, homme, et caedere,
tuer, n signifie donc : action de tuer un homme, un être humain.
n y a plusieurs mots qui ont la composition en cide : suicide,
(zelfmoord) de sui, soi et cide de caedere, tuer ; régicide (konings-
moord) de rex , regis , roi et cide ; parricide , (vader of moeder-
moord) Ae pater, patris, père, et cide; infanticide, (kindermoord)
de infans, infantis , enfant, et cide ; fratricide, (broeder- of zuster-
moord) , de frater , fratris, frère, et cide , etc.
hommage, hulde, du lat. homo, homme; parce que celui qui fai-
sait hommage devenait l'homme du seigneur. C'était à l'origine
une promesse de fidélité et devoirs, faite au seigneur par le vassal
ou homme ; de là ensuite les sens de : soumission, vénération, res-
pects , civilités, etc.
hormis, uitgenomen, behalve, vieux franç. Aorm«s, hormis, c.-à-d.
mis hors. Dans cette locution le part, mis était variable. On di-
sait au 13e siècle: Il a perdu tous ses enfants, hors mise sa fille.
Au 15e siècle le part, mis s'est soudé à la particule hors: hors-
mis, d'où ensuite la forme actuelle.