Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
50
de murs. Du sens spécial de bois non clos de murs, forêt en est venu
à désigner toute espèce de bois.
forfait, misdrijp, schelmstuk. Comp, de for — fors, (lat. foris)
hors de, et fait. Mot à mot: action en dehors de ce qui est
permis.
forge, SMEDEBij, vieux franç. faurge, du lat. fabrica, fabrique; de
là le sens de: atelier du forgeron.
forligner, ontaarden. Comp, du for, fors (lat. foris) hors de, et
ligne. Mot à mot: aller hors de la ligne; de là, dégénérer de la
vertu de ses ancêtres.
fourvoyer(se), dwalen , anciennement forvoyer, comp, de for, fors
(lat. foris), hors de, et voie, chemin. Proprement : aller hors de
la voie, de là: perdre le chemin, et, fig. se méprendre,
fragile, broos , du lat. fragilis, qui se rattache â frangere, rompre,
briser. Donc, il signifie: qui se rompt, qui se brise facilement,
franchir, ovebsprikgen, overschrijden, du mot franc, libre. Il
signifie donc proprement, se libérer, se débarrasser d'une contrainte,
d'un obstacle; de là: traverser résolument des passages diflBciles, de
grands espaces.
friand, lekker, kieskeurig, anciennement/'n■a«^, part. prés, de/"nVe,
braden (in een pan), comme riant de rire. Par une extension
assez forte du sens primitif, friant avait à l'origine deux sens:
en parlant des choses: ce qui est appétissant; en parlant des per-
sonnes: celles qui ont de la vivacité comme ce qui frit,
fripon, schüre, quit , du verbe friper au sens de manger gou-
lûment. Fripon signifiait originairement gourmand, et de là les
sens consécutifs qu'il a aujourd'hui: filou, espiègle, malin, celui
qui est sans probité, celui qui vole par ruse. Toutefois la transition
du sens de gourmand aux autres significations n'est pas très sensible,
fromage, kaas, anciennement formage, du bas-lat. formaticum,
dérivé de formare, former. Il signifie donc proprement: ce qui est
fait dans une forme, ou ce à quoi on a donné une forme.
froncer, pronsen, rimpelen, du bas-latin frontiare, de frontem,
front. Proprement: contracter, rider le front. Le holl. fronsen tire
évidemment son origine du franç. froncer,
frontière, grens. D'après Littré, l'ancien sens de frontière est front
d'une troupe, de sorte que faire frontière signifie: se mettre en
bataille pour combattre, se défendre; et comme on faisait frontière
particulièrement sur les limites des pays, le mot a pris le sens de
limites d'Etat à Etat. Selon Brächet, frontière signifie propre-
ment limite où deux pays se regardent front à front,
funeste, rampzaliq, noodlottig, du lat, f unes tus, de même radical
que funus, funérailles, et qui signifie proprement, comme aussi le
mot franç, funeste: souillé par la mort; do là le sens actuel; qui
porte malheur et désolation avec soi.