Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
41
la partie la plus étroite d'une pièce de bois, d'une brique. Mettre
de champ des briques, c'est les poser de côté (op hun kantzelten).
Les dérivés de cant sont: canton, partie d'un pays; cantonade,
coin du théâtre; cantine, endroit où l'on vend à boire et à man-
ger; chantier, endroit où l'on travaille le bois, la pierre; enceinte
pour le bois, le charbon à vendre; chanteau, morceau coupé à un
pain; décanter, verser par le coin. Quand il s'est fait un dépôt au
fond d'une liqueur, on la décante (afschcnkcn).
Parler à la cantonade se dit au théâtre pour: parler à un per-
sonnage qui n'est pas en scène (achter de schermen).
écurie, paardenstal, du bas-latin sciiria, ancien haut-allemand
skura, hollandais schitur et allemand Scheuer, du radical sanscrit
ska, couvrir. Fermer l'écurie quand les chevaux sont sortis, dcn
put dempen als het kalf verdronken is.
édifier, opbodwen, sticuten, composé de aedes, bâtiment, et ficare
pour faire. Au sens moral édifier signifie porter à la piété, à la
vertu: édifions-nous mutuellement, le pasteur m'a édifié. Edifier
a aussi le sens de donner des renseignements. Les mots en rapport
avec ce verbe sont: édifice, édifiant (stichtelijk), édification, réédi-
fier, réédification, édile, édilité. Dans l'ancienne Rome les édiles
étaient quatre magistrats chargés de l'inspection des bâtiments pu-
blics, des marchés, de la police, des jeux publics. Jules César y
ajouta deux qui étaient spécialement commis au soin de l'appro-
visionnement de la ville (cura annonae) et qui pour cette raison
s'appelaient édiles des céréales (granen). Actuellement nos édiles
se dit dans le style d'apparat pour désigner les conseillers munici-
paux (leden van den gemeenteraad).
cfTaccr, uitwissciien, du priv. é — ef =:. es — ex, sens priv. et
face. Proprement: ôter la face; de là le sens de: faire disparaître
une face, une figure ou des couleurs, et ensuite: faire disparaître
en général, faire oublier.
ciTarer, verschrikken, oststellen, du lat. e/ferare, composé de e=:
ef — es — ex dans le sens ampl. et férus, farouche. Il a donc
a peu près la même origine que effaroucher, mais celui-ci est formé
du mot français, celui-là du mot latin. Aussi diffèrent-ils dans
la signification. Effarer c'est frapper de quelque trouble moral
qui se peint sur la physionomie; effaroucher c'est effrayer, faire
fuir, en parlant des animaux ; ensuite : mettre en crainte et en défiance,
cnieuror, rloemen afplukken; even aanroeren, du préf ef—é=:
es — ex, et fleur. Effleurer signifie 1. ôter les fleurs; et 2. ne
toucher que la fleur, le duvet, la superficie. Dans le premier cas
ef a le sens nég. ou priv. ; dans le second cas il a lo sens ampl.
elTréné, teuqelloos, du lat. effrenatus, composé de ef pour es
ex, sans (sens priv.) et frenum, frein. Il signifie donc mot à mot;
sans frein.