Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
33
cornichon J hoorntje, augurkje, dim, dc corne; donc petite corne,
puis : petit concombre, ayant la forme d'une petite corne,
corrompre, bederven, omkoopen, du lat. corrumpere^ de cor ~ con ~
cum et rumpere^ rompre. Proprement: rompre Tensemble, rompre
intérieurement, décomposer les parties, et, par suite, détruire, gâter,
dépraver, d'où enfin : séduire ou gagner par dons ou promesses,
corsnire, kaperschip, kaper , zeeroover, de l'italien corsa^ course.
Proprement : celui qui fait la course, soit le vaisseau, soit son
équipage.
corvée, heerendienst , karwei , anciennement cormda^ du bas lat.
corrogata ^ de cum^ avec et rogare^ prescrire. Il signifie donc pro-
prement : travail commandé.
couard, lafaard, (angl. coward) de queue, vieux franç. coue, du lat.
caiida. Proprement: qui est de la queue ^ c.-à-d. qui se tient en
arrière, ou : qui porte la queue basse, comme les animaux qui ont
peur.
coucher, leggen, liggen, te bed legggen of liggen, anciennement
colcher, du lat, collocare ^ de col ~ cum ^ avec, et locare ^ placer.
Il signifie donc proprement : mettre^ poser^ placer. Le sens général
de placer a été réduit au sens particulier de mettre dans un lit,
ou dans une position analogue à celle qu'on a dans le lit.
couper, SNIJDEN, du mot coup. Proprement: donner un coup h
l'aide d'un instrument tranchant.
courtier, makelaar, dérivé du lat. curatus ^ qui prend soin. Le
courtier est celui qui prend soin d'une affaire ; d'où le sens de :
qui s'entremet pour les achats ou les ventes.
couvent, klooster, anciennement covent ou convent, du lat. cow-
ventus, réunion, assemblée, du verbe convenire, convenir. Dès le
13e siècle couvent a passé, du sens général de réunion, à celui de
réunion de religieux, puis à celui de maison religieuse,
crapaud, pad, dérivé de l'anc. verbe franç. craper^ ramper. Cra-
paud signifie donc littéralement: celui qui rampe, le rampant.
cravate, das , pièce d'étoffe légère que portaient autour du cou les
premiers Croates, (pour détruire Fhiatus, prononcé et plus tard
écrit : Cravates), qui vinrent au service de France. Cette étoffe
prit bientôt le nom de ceux qui la portaient.
cresson, kers , du lat. crescere, croître; littéralement: (plante) qui
croît rapidement.
curieux, nieuwsgierig, zeldzaam, proprement: qui a cwre de , soin
de , souci de, de là : oui est désireux de voir et de savoir , d'où
ensuite qui est digne d'être vu ou remarqué.
Curieux dérive du lat. curiosus, de cura ^ cure, soin, souci.
Pour comprendre, dit Génin, l'étymologie de ce mot, il faut se
rappeler que le peuple romain était divisé en tribus et les tribus
en curies. Le curio, chef de la curie, appelé aussi curiosus^ était
3