Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
32
Waterman), verser, versàble, versatile, (facile à tourner), averse
(stortregen), à verse (pleuvoir), versant (helling), revers, reverser,
reversis (jeu de cartes), versage (premier labour donné aux jachères),
aversion (éloignement), adverse (opposé, partie adverse, tegenpartij),
adversaire, adversatif (proposition adversative), adversité, animad-
version (improbation), bouleverser (tourner comme une boule), con-
troverse, devers, divers, diversion, diversité, envers, renverser, inverse,
inversion, malversation, malverser, réversible, revêche (à rebours,
peu traitable), subversif, subversion, tergiverser {tourner le dos,
chercher des détours), tergiversation, travers, à travers, traverser,
traversin, transversal, vertèbre (wervel), vertébral (colonne vertébrale),
vertébré (gewerveld dier), vertical, vertigo (tournoiement), vertige
(duizeling), vertigineux, vertex (sommet de la tête).
De la forme latine vorsare nous avons les mots divorce (echt-
scheiding) et divorcer. Le divorce est primitivement le point où
une route se bifurque, où deux routes prennent des directions
opposées.
On distinguera la préposition devers qui a le sens de du côté de,
et l'adjectif dévers qui signifie ce qui n'est pas droit ni d'aplomb.
Il y a deux verbes déverser: un qui dérive de l'adjectif dévers et
qui signifie courber, incliner, pencher (un mur qui déverse), et
l'autre qui signifie s'épancher en parlant du trop-plein d'un canal,
d'un étang, etc.
convive, gast, dischgenoot, du lat. conviva, de con cum, avec
et vivere, vivre. Proprement: qui vit avec d'autres, celui avec qui
l'on vit, d'où ensuite le sens de: qui se trouve avec d'autres à un
festin.
copie, afschrift, du lat. copia, abondance, contracté de cum, avec
et op», richesse. Copie signifie donc proprement : abondance, mul-
tiplication ; d'où le sens restreint de multiplication d^un manuscrit,
en le reproduisant par l'écriture un grand nombre de fois. Le mot
copieux, overvloedig dérive de même de copia, abondance,
coquet, behaagziek. Ce mot est le diminutif de coq et signifie
donc proprement vain comme un coq, d'où le sens de : qui cherche
à plaire. — Un autre dérivé de coq est le mot cocarde, qui si-
gnifie proprement crête de coq, hanekam. Quant au mot coquelicot,
klaproos, qui s'écrivait anciennement coquelicoq, il ne signifiait à
l'origine que coq. C'est une onomatopée, une imitation du cri du
coq (holl. kuJceluku). Puis, les fleurs de cette plante étant rouges,
on les a comparées à la crête du coq, dont le nom a passé à la
plante. Il va sans dire que coqueliner, kraaien, et coquerico, hanen-
gekraai, sont aussi dérivés de coq.
cordonnier, schoenmaker, ancien français cordouanier; proprement
qui travaille le cordouan, c.-à-d. le cuir que l'on importait de Cor-
doue pour faire des chaussures.