Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
20
conclave (ce qui se ferme à clef, lieu où s'assemblent les cardinaux
pour l'élection d'un pape et où on les enferme), conclaviste (ecclé-
siastique servant un cardinal durant le conclave). Le diminutif
clavicula, petite clef, a fourni les mots: cheville (pin, bout, stop-
vyoord), cheviller, chevillette, chevillier (cheval placé en cheville,
devant un limonier), chevillot (grosse cheville).
Le mot clou (spijker) vient de clavus, du même radical que clavis
(clef.) Les dérivés do clou sont: clouière (instrument pour former
la tête des clous), cloutère (enclume des cloutiers), clouterie, clou-
tier, cloutière (boite à compartiments pour les clous de différentes
grosseurs), ainsi que les verbes clouer et clouter. Il importe de
ne pas confondre ces deux verbes; clouer signifie fixer avec des
clous ou, au figuré, fixer (clouer quelqu'un contre la muraille);
clouter a le sens de garnir de clous d'ornement (clouter une taba-
tière, une voiture). Les dérivés de clouer sont: déclouer (une
planche, un tapis), enclouer (vernagelen, faire entrer dans la lu-
mière d'un canon un gros clou pour empêcher le canon de servir;
enclouer un cheval, c'est le blesser avec un clou, quand on le
ferre), enclouage, enclouure; reclouer.
On remarquera que le t dans clouter, cloutier, etc. est euphonique
et sert à éviter l'hiatus, comme dans le mot bijoutier.
Le diminutif de clavus est clavellus, petit clou. C'est de ce di-
minutif que nous viennent les mots claveau (pierre en forme de
coin, servant à former le dessus d'une fenêtre, sluitsteen); claveau
ou clavelée (schapepokken, maladie des bêtes à laine qui a beaucoup
d'analogie avec la petite vérole et qui produit des pustules, qu'on
peut comparer à de petits clous) ; clavelisation (inoculation de la
clavelée pour préserver les moutons de cette maladie contagieuse);
claveliser, terme de vétérinaire.
Le latin du moyen âge avait le verbe inclavare, qui nous a fourni
le verbe enclaver (enfermer une chose dans une autre), et les sub-
stantifs enclave (pays renfermé dans un autre, p. e. la principauté
de Birkcnfeld est une des enclaves du grand-duché d'Oldenbourg,
car elle est enclavée dans la Prusse rhénane), enclavation (terme
de marine) et enclavement (action d'enclaver).
En matière de musique le mot clef équivaut aussi au hollandais
Iclep, p. e. la trompette à clefs ou bugle, instrument employé dans
les musiques militaires. En 1590 un chanoine d'Auxerre inventa
le serpent, instrument à vent en forme do gros serpent servant à
soutenir le choeur dans les églises. La construction de cet instru-
ment étant fort vicieuse, on l'a remplacé par \ opMcléide, instru-
ment de cuivre, dont le nom est formé de deux mots grecs: op>hi,
serpent, et kleis, clef. L'ophicléide est donc littéralement le serpent
à clefs.
cloporte, DUIZENDPOOT, anciennement clausporte, et vraisemblablement