Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
19
de nous renvoyer ainsi chez Plutarque, chez Platon et chez tous
ces autres auteurs anciens qui n'avaient point de logis. Chez ne
vaut rien pour citer les auteurs, il n'est propre qu'à dénoter la
demeure de quelqu'un, chez vous, chez moi. Quelques uns disent
chez les étrangers, pour dire, en un pays étranger, mais plusieurs
le condamnent, et je crois qu'ils ont raison." Thomas Corneille
et Chapelain veulent qu'on dise chez les Grecs, chez les Romains,
chez les auteurs anciens, et non pas dans les Grecs, dans les anciens,
chignou, NEK, CHIGNON, anciennement chaignon et à l'origine chaai-
gnon, le même que chaînon, schakel, par comparaison du chaînon
d'une chaîne avec les vertèbres cervicales (nekwervels). Chignon
signifie donc proprement le derrière du cou, et, par extension, les
cheveux de derrière la tête, qu'on réunit dans un filet, appuyé sur
le chignon.
choucroute, zdurkool, corruption de l'allemand Sauerkraut.
civil, BUEGEKLiJK, BELEEFD, du lat. civiUs, de civis, citoyen; pro-
prement: qui concerne les citoyens, c-à-d. les habitants d'une cité,
et de là le sens de poli, honnête, bien élevé, les habitants d'une
cité étant au moyen âge beaucoup plus polis que les paysans (voyez
païen). — Il ne faut pas confondre civil et civique. Les droits
civils et civiques (burgerlijke en burgerschapsrechten).
elavior, klavier, sleutelring, du lat. clavis, clef. Clavier, qui
dans l'ancien français signifiait: celui qui porte les clefs, d'où le
sens actuel de porte-clefs, a été ensuite appliqué à l'assemblage des
clefs, c à-d. des touches de certains instruments de musique, le
piano, l'orgue, etc. — Le radical de clavis est dans claudere, fer-
mer, qui est devenu clore. Ce radical est fort riche en dérivés et
en composés: clos (substantif), closeau, closerie, cloison, cloison-
ner, clôture, clôturer, clause, clausule, clausoir (sluitsteen in een
gewelf), cloître (dans les monastères galerie intérieure couverte en
forme de carré autour d'une cour ou d'un jardin, kloostergalerij),
cloîtrer, cloîtrier (religieux qui habite dans le cloître), claustral,
claustration, claustre, éclore, éclosion, enclore, enclos, forclore, for-
clusion (terme de palais), déclore, déclôture. Claudere se présente
aussi sous la forme dure, qui se retrouve dans les mots: écluse
(clôture pour retenir l'eau dans un canal), éclusée (sluisvol), écluser
(schutten), éclusette, éclusier, exclure, exclusion, exclusif, exclusi-
vement, inclure, inclus, ci-inclus, inclusion, inclusif, inclusivement,
perdure (fermer entièrement), perclus (qui ne peut se mouvoir par
suite d'un rhumatisme, etc.), perclusion, reclure (renfermer), reclus,
recluserie (cel voor levenslange boetedoening), réclusion, reclusion-
naire, conclure, conclusion, conclusif, conclusum. De clavis dérivent
les mots : clavecin (instrument de musique à clavier), clavette (petite
cheville plate), clavicule (petite clef, sleutelbeen, os qu'on peut com-
parer à une clef de voûte et qui ferme en quelque sorte le thorax),
2*