Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
17

mspi)

p. e. veine cave, année cave (maanjaar); de là le s^a.toute ' '^^Stfj^
espèce de réduit souterrain. Cave, argent qu'on met devanf'SeL , ^
pour avoir de quoi jouer, est en rapport avec le verbe italien cflwa?;®
(tirer de sa poche) qui a le môme sens que le verbe français caver ^^
(creuser). Ils ne cavaient d'abord que dix florins (zij logden eerst
maar tien gulden uit). De'caver, c'est gagner tout l'argent qu'un
joueur avait devant lui. Un joueur décavé a perdu toute sa cave.
Caver, dans le sens de creuser, se rencontre dans la locution
proverbiale: L'eau qui tombe goutte à goutte cave la pierre.
Caveau, petite cave pratiquée dans une cave ordinaire; lieu a
Paris où se réunissent les chansonniers; construction souterraine
dans les églises et les cimetières (grafkelder). Quand on va voir
le Panthéon, on descend aussi au caveau.
Les autres dérivés et composés sont: caverne, caverneux, caver-
nosité, cavicorne (qui a les cornes creuses), cavirostre (qui a le bec
creux), cavité (holte), cavin (chemin creux).
céans, hier binnen, in nuis, anc. franç. çaiens, à l'origine çaens,
composé de l'adverbe ça et de ens, qui est le lat. intus, dedans. Il
signifie donc: ici dedans. L'opposé est léans, là dedans,
céréales, graangewassen, dérivé de Cérès, déesse qui présidait
aux moissons; littéralement don de Cérès.
champignon, paddestoel, du bas-lat. campinio, dérivé de campus,
champ; proprement qui croît dans les champs,
chance, kans, anc. franc, cheance, formé du part. prés, cheant, de
choir, tomber; proprement: ce qui tomle (dans le jeu de dés); de
là: ce qui arrive à propos. Ce n'est que plus tard qu'il a reçu,
abusivement, le sens de hasard heureux, bonne fortune. Plus près
du sens primitif il signifie encore prohabilité. — Le dérivé est
chanceux, le composé malchance (mauvaise chance),
charcutier, spekslager, anciennement chaircutier, et à l'origine
chairchuitier, de chair et cuit. Proprement marchand de chair
(viande) cuite, opposé à boucher ou marchand de viande crue. Les
dérivés sont charcuter et charcuterie.
chaste, kuisch, du lat. castus, blanc. D'après Trench part, de
candere, être blanc, briller de blancheur. Le sens de a passé
en celui de pur, et de là: ennemi de tout amour illicite. — Les
dérivés sont chastement et chasteté.
chaussée, straatweg, du lat. calciata (sous-entendu via, chemin)
de calx, chaux; proprement: voie maçonnée à la chaux.
Maréchaussée et sénechaussée ne sont pas composés avec chaussée.
Le premier dérive de maréchal, bas-latin marescalcus, et a le sens
de juridiction d'un maréchal. Maréchal vient de l'ancien haut alle-
mand mahra (cheval) et de shalk (serviteur). A l'origine il signi-
fiait celui qui soigne le cheval, mais il a acquis une signification
plus élevée, comme le mot connétable, qui, partant de cornes steft?«?«
2