Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
14
ciindidat, candidaat, du lat. candidatus, vêtu de blanc. On ap-
pelait ainsi, chez les Romains, ceux qui briguaient une charge,
parce que, lorsqu'ils se présentaient dans les assemblées publiques,
ils portaient un habit blanc, afin de se faire mieux remarquer de
ceux dont ils voulaient obtenir les suffrages.
capable, inhoud hebbende, bekwaam, vatbaar, geschikt, du lat.
capere, contenir; de là la première signification: qui peut contenir,
d'où ensuite la série des sens: qui peut admettre une chose, qui
est apte, propre ou disposé à; qui a de la capacité, qui est habile.
Le mot capacité a la même origine et la même transition dans la
série des sens. Comparez capter, capture, capturer, captieux, acca-
parer, captif, captiier, captivité.
capitaine, hoofdman, icapiiein, du lat. caput, tête, chef; celui qui
commande une compagnie, et, par extension, celui qui est à la tête
d'une armée."
capituler, bu verdrag overgeven, du lat. capitulum, (de caput,
tête) chapitre, parce qu'une capitulation est divisée, rangée par
chapitres, par articles. Le mot caput a produit les formes: cab,
cap, chap, chef et chep. La forme cah a donné caboche (terme
trivial pour désigner la tête) et cabochon, augmentatif de caboche
(pierre précieuse à laquelle on laisse sa forme primitive et qu'on
polit sans la tailler). Au même radical on pourrait rattacher le
verbe caboter (kustvaart uitoefenen) et ses dérivés caboteur, cabotage,
cabotier, cabotin (comédien ambulant), cabotinage, cabotiner. Le mot
caboter signifierait alors aller de cap en cap, parce que les cabo-
teurs, en longeant la côte, se guident sur les caps (kapen) qui leur
servent d'amers (landmerken). On remarquera que les marins hol-
landais désignent aussi par le mot kaap les balises posées à l'entrée
de quelques passes (vaarwaters) pour servir d'indice aux navigateurs.
Près de l'île de Schiermonnikoog il y a un banc de sable, nommé
Engelschmansplaat, où il y a des balises (kapen).
Le comédien ambulant s'appelle cabotin à cause de la vie errante
qu'il mène et qu'on aura comparée au cabotage. Toutefois il n'est
pas inutile de dire que ces étymologies sont sujettes à caution.
La forme cab se retrouve encore dans acabit (aard). Des gens
de même acabit. Des poires d'un bon acabit. La forme cap a
fourni le mot cap, tête, dans la locution être armé de pied en cap ;
doubler un cap (eene kaap omzeilen, et, métaphoriquement dans
l'argot des commerçants, passer heureusement une échéance sans
avoir une lettre de change protestée). En termes de marine cap
signifie l'avant, la tête du navire. Du môme radical nous viennent
caporal, capital, capitale, capitaliser, décapitaliser (eene stad den
rang van hoofdstad doen verliezen), capitaliste, capitan, capitation,
capiteux, décapiter, décapitation, oapitoul (magistrat de Toulouse),
capituler, capitulation, récapituler, récapitulation, capitulaires (ordon-