Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page

bas-lat. quaternum, qui signifie proprement cahier de quatre feuilles,
puis cahier en général.
cajoler), vleien, flikflooien, (pour cageoler), dérivé du mot cage.
Cajoler avait anciennement le sens de chanter comme un oiseau en
cage, d'où ensuite, par une transiton naturelle, la signification de
séduire par des paroles insinuantes, de flatter. Les dérivés sont
cajolerie et cajoleur.
calamité, eamp, du lat. calamitatem, lequel, signifiant proprement
perte des récoltes, semble être tiré de calamus, chaume. Aujourd'hui
calamité désigne tout grand malheur public : la peste, la famine,
la guerre, l'inondation, etc. Le dérivé est calamiteux, fécond en
calamités. Ce dérivé est usité dans la locution hollandaise „cala-
miteuse polders", empruntée an décret impérial de 1811, qui règle
les subventions accordées à quelques polders de la Zélande pour
l'entretien des digues.
calculer, beeekeneh, cijferen, du lat. calculus, caillou; les enfants
se servaient de petits cailloux pour compter , calculer. Calculus est
un diminutif de calx, pierre. Comparez calcul, calculable, incal-
culable, calculatoire (machine), calculeux, calculifrage (qui brise les
calculs, terme de chirurgie).
camarade, kameeaad , venu au IBe siècle de l'espagnol camarada,
du lat. camera, chambre. Proprement : celui qui demeure dans la
même chambre, de là : celui ou celle qui a même vie, mêmes ha-
bitudes , mêmes occupations que plusieurs autres personnes. Cama-
rade est d'origine un terme militaire. "Le àév'wé eii camaraderie. Une
des comédies de Scribe est intitulée la Camaraderie ou la Courte Echelle,
campos, VACASTIE , accusatif pluriel de campus, champ. Donc avoir
campos signifie avoir les champs, c'est-à-dire la liberté d'aller se
promener ; de là le sens de congé donné aux écoliers, et ensuite
celui de repos, délassement.
canard , eend , veezonnen nieuwstijdisg , dérivé du mot français
cane, qui à présent signifie femelle du canard. Au 14e siècle on
voit paraître le mot cane, mais dans la signification de bateau , et
dans ce sens il a laissé le diminutif canot. Plus tard cane change
en canard, qui dans le vieux français signifie de même bateau. Il
prend assez tard le sens qu'il possède aujourd'hui. La transition
d'idée est celle d'animal fiottant sur l'eau comme un bateau. Ca-
nard, dans le sens de nouvelle controuvée, vient de la locution:
vendre un canard à moitié. Vendre un canard à moitié, ce n'est
pas le vendre.
Les dérivés sont canardeau, canarder, canardière. Au restaurant
on demande un caneton (jeune canard).
candide, aegelo(;>s, du lat. candidus, blanc, le blanc étant le sym-
bole de l'innocence. Comparez candeur, candir, candi, incandescent,
chandelle, Chandeleur, incendie, encens.