Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
attendre, wachten, vëewachten, hopen, du lat. attendere = ten-
dere ad, tendre à, tendre vers; de là on arrive au sens actuel de
demeurer pour la venue de q. q. ou de q. ch., compter sur, espé-
rer, craindre. Attention et attentif sont dérivés du même radical
que attendre. Le premier signifie donc l'action de tendre l'esprit
vers, de fixer l'esprit sur; l'autre, qui tend Vesprit vers, qui fixe
l'esprit sur, qui tend le cou pour ne pas perdre un mot de ce
qu'on dit.
attraper, vangen, beteappen, dérivé de trappe, piège; mot à mot:
prendre dans le piège, de là le sens de se procurer par quelque ruse,
aube, krieken van den dag, anciennement alhe, du lat. alhus,
blank. Premier blanchissement de l'horizon, au point du jour,
aubépine, witte hagedoobn, ancien français alhespine, de alhus,
blanc, et épine. (Voyez album).
auparavant, te voren, composé de au, par et avant. L'article ne
fut ajouté à cette locution qu 'au quinzième siècle; le vieux français
employait par-avant.
auréole, stralenkrans, du lat. aureola, sousentendu corona; au-
reola, étant dérivé à'aurum, or, signifie donc littéralement cou-
ronne d'or ; de là : cercle lumineux dont les peintres entourent la
tête des saints.
automne, herfst, du lat. autumnus, ou plutôt auctumnus, qui
vient de augeo, augmenter, (qui est aussi la racine d'auctor, au-
teur.) Automne signifie donc proprement la saison qui est aug-
mentée, qui est enrichie.
avalanclie, sneeuwval, dérivé du verbe avaler, descendre. Propre-
ment masse de neige qui descend, qui avale la montagne, qui
roule vers la vallée
avaler, stroomaf varen, inslikken, du lat. ad-vallem, qui signifie
en suivant la valleé, en descendant le fleuve. Le verbe avaler,
(littéralement aller aval) signifiait à l'origine: descendre, mettre
en bas; ce n'est que tardivement qu'il se restreignit au sens do
faire descendre les aliments.
avare, gieriqaard, du lat. avarus, de avere, désirer ardemment,
mot à mot celui qui désire ardemment, de là celui qui a un désir
excessif d'accumuler.
avertir, verwittigen, waarschuwen, du lat. advertere, de ad, à,
et vertere, tourner; mot à mot: tourner (l'esprit) vers (q. ch.), et
par suite faire remarquer, informer, donner avis, instruire,
aveugle, blind, de ah, préfixé privatif, et oculus, oeil. Littérale-
ment: sans oeil; donc, qui est privé de la vue.
avide, begeerig, du lat. avidus, de avere, désirer; donc, qui a un
grand désir.
aviron, roeiriem, dérivé de à, préfixe, et viron, du verbe virer,
tourner. Aviron signifie donc l'instrument qui vire, qui tourne.