Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
m
arène, worstelperk , du lat, arena, sable, ainsi nommé parce que
c'était dans un amphithéâtre un espace sahlé ^ où combattaient les
gladiateurs.
arracher, uitrukken , ojîtrûkken , du lat. eradicare y de é», ex ^
hors, et radix ^ racine; proprement enlever avec les racines; de
là ôter ou enlever q. ch. qui adhère ; détacher avec effort,
arriver, aankomen , gebeuren , de ad, à, et rive, mot à mot :
venir à la rive, et anciennement, mener à la rive. Arriver, à
l'origine un terme de marine , est arripare au neuvième et arribare
au onzième siècle. Au 12e et au 13e siècle il est encore transitif,
ensuite il prend un sens intransitif. Dès le 14e siècle il a même
entièrement perdu sa signification originaire de toucher à la rive
et prend le sens général de toucher au but, au propre et au figuré,
d'où, ensuite le sens d'avoir lieu.
arrogant, aanmatigend , laatdunkend , du lat. arrogare, de ar
pour ad ^ à, et rogare, demander pour soi. Arrogant signifie donc
proprement qui s^arroge ou s'attribue q. ch. mal à propos ; qui se
distingue par ses prétentions, qui est hautain,
arroser, besproeien , du préfixe ad, à, et du lat. ros, rosée;
proprement humecter comme par la rosée,
assassin, moordenaar. Voici ce que dit Brächet de l'origine de
ce mot :
y^Assassin qui est assacis dans Joinville au 13e siècle, —dans la
basse latinité hassessiyi, est le nom d'une secte célèbre de la Pale-
stine au 13e siècle, celle des Haschischin (buveurs de haschisché^
boisson enivrante, dissolution de haschisch^ poudre de feuilles de
chanvre). Le Scheik des Haschischin, connu sous le nom de Vieux
de la montagne, exaltait l'esprit de ses séides, à l'aide de cette
boisson, et les envoyait ensuite poignarder ses ennemis, et en par-
ticulier les chefs des croisés. — Joinville emploie encore le mot
assassin au sens de membre de la secte des Haschischin, mais dès
le 15e siècle assassin devient synonyme de meurtrier^ et perd le
sens spécial qu'il gardait à l'origine." C'est ainsi qu'une plante
enivrante a fini par donner son nom à l'assassinat,
assidu, GESTADiG, AANH0UDEND, vLiJTiG, du lat. assiduus^ de assi'
dere, être assis auprès. Assidu signifie donc proprement: qui est
assis auprès de son ouvrage, d'où le sens de: continu, constant,
qui a une application soutenue.
assommer, roodslaan, lastig vallen, dérivé du mot somine, far-
deau, d'où le sens de tuer avec quelque chose de lourd, et de là,
au figuré, incommoder, fatiguer.
atelier, werkplaats, ancien français astelier^ dérivé àu moi attelUy
(anc. fr. astelle) planchette. U astelier, lieu où l'on fabriquait ces
astelles, ces planchettes, n'eut donc à l'origine que le sens d'atelier-
de menuiserie-^ et il passa ensuite de là au sens d'atelier en général.