Boekgegevens
Titel: Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Auteur: Ent, A. van der
Uitgave: Culemborg: Blom & Olivierse, 1888
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 3589
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202654
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse taalkunde
Trefwoord: Frans, Nederlands, Woordenboeken (vorm)
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Esquisses lexicologiques: étude des mots et de leurs significations: ouvrage spécialement destiné a ceux qui se préparent aux examens pour l'obtention des divers diplômes de professeur de français
Vorige scan Volgende scanScanned page
Al

marcher; proprement ceux qui marchent avant, qui précèdent,
d'oi le sens de ceux de qui l'on descend, ceux qui ont vécu
avant nous.
andouille, metwokst,' vieux français endouille, qui vient du lat.
inductilis , venant de inducere , introduire , l'andouille étant propre-
ment un boyau dans lequel on a introduit de la chair hachée,
angoisse, angst, benauwdheid , du lat. angustia, resserrement,
à^angustus, étroit, lequel vient A'ange, serrer. Angoisse signifie
donc sentiment de resserrement, et de là, grande affliction avec
inquiétude.
animal, dier , du lat. animal, d'anima , vie , âme ; proprement :
être animé.
animosité , vijandschap , haat , du bas-lat. animositas, dérivé d'awî-
mus, esprit, qui est le même que anima , âme. A l'origine ani-
mosité ne signifiait que animation avec les idées accessoires à'activité
et de vigueur. Ces idées accessoires sont resteés , mais le sens fon-
damental du mot a passé en celui de haine et d'inimitié,
apanage, lijptocht. Ce mot est aujourd'hui restreint au sens de
domaine donné aux princes du sang pour leur subsistance. A l'ori-
gine la signification était seulement celle de nourriture. Apanage
dérive de l'ancien verbe français apaner, donner du pain, de ad,
à , et panis , pain.
appréhender, duchten, apprendre, leeren, vernemen. Ces verbes
dérivent l'un et l'autre du lat. apjorehendere, de ad, à, eiprehendere,
prendre, saisir. Cependant appre'hender est de formation posté-
rieure et diffère d^apprendre par le sens qu'il a aujourd'hui. Ap-
prendre signifie proprement: commencer à prendre, à saisir intel-
lectuellement , d'où ensuite : acquérir des connaissances, retenir dans
sa mémoire , être informé, enseigner , etc. Ji'appréhender au con-
traire la série des sens est : saisir des mains, puis saisir par l'esprit,
ensuite prévoir, et, par le passage de la prévision à la crainte,
redouter.
apprivoiser, tam maken , temmen , du lat. privus, privé, et du
préfixe ad, à; proprement rendre privé, qui a le sens de rendre
moins farouche.
appuyer, steunen , dérivé de pui, comme ennuyer d^ennui. Fui
vient du lat. podium, qui signifie base, soutien. Appuyer est donc
proprement soutenir à l'aide d'un pui, d'un soutien. Comparez le
hollandais pui (terme d'architecture).
aqueduc, waterleiding , dérivé de aqua, eau, et cZ«<ce>e, conduire;
canal en maçonnerie pour conduire les eaux.
arborer, hijschen , oprichten , planten , du lat. arbor , arbre ;
proprement élever droit comme un arbre , d'où les sens consécutifs
d'élever, planter, hisser, déployer en parlant d'un étendard, d'un
drapeau.