Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
65
de le dire, je l'aime avec une portion du même sentiment que
j'accorde à mes amis.
Qu'on en dise ce qu'on voudra. Xavier de Maistre.
(Voyage autour de ma chambre).
LE FAT-
G'est un homme dont la vanité seule forme le caractère; qui ne
fait rien par goût, qui n'agit que par ostentation, et qui, voulant
s'élever au-dessus des autres, est descendu au-dessous de lui-même.
Familier avec ses supérieurs, important avec ses égaux, imperti-
nent avec ses inférieurs, il tutoie, il protège, il méprise. Vous le
saluez, il ne vous voit pas; vous lui parlez, il ne vous écoute
pas; vous parlez à un autre, il vous interrompt. Il lorgne, il per-
sifle au milieu de la société la plus respectable et de la conversa-
tion la plus sérieuse. Il dit à l'homme vertueux de venir le voir,
il lui indique l'iieure du brodeur et du bijoutier. Il n'a aucune
connaissance, et il donne des avis aux savants et aux artistes. Il
en eût donné à Vauban sur les fortifications, à Lebrun sur la
peinture, à Racine sur la poésie.
Il fait un long calcul de ses revenus; il n'a que soixante mille
livres de rente, il ne peut vivre. Il consulte la mode pour ses
travers comme pour ses habits, pour son médecin comme pour son
tailleur. Vrai personnage de théâtre, à le voir vous croiriez qu'il
a un masque, à l'entendre vous diriez qu'il joue un rôle: ses
paroles sont vaines, ses actions sont des mensonges, son silence
même est menteur. Il manque aux engagements qu'il a, il en feint
qu'il n'a pas. Il ne va pas où on l'attend; il arrive tard où il
n'est point attendu. Il n'ose avouer un parent pauvre, ou peu
connu; il se glorifie de l'amitié d'un grand, à qui il n'a jamais
parlé, ou qui ne lui a jamais répondu.
Pour peu qu'il fût fripon, il serait en tout le contraste de
l'honnête homme: en un mot, c'est un homme d'esprit pour les
sols qui l'admirent; c'est un sot pour ies gens sensés qui l'évitent.
Mais si vous connaissez bien cet homme, ce n'est ni un homme
d'esprit, ni un sot; c'est un fat, c'est le modèle d'une infinité
de jeunes sots mal élevés. Desmahis.