Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
62
avec le pouvoir de faire quelque bien, avec les moyens de rendre
à ses ancien hôtes l'accueil qu'il en a reçu.
Choiseul-Gouffier,
(Voyage pittoresque de la Grèce),
LE GREC.
Avec quel regret il quitte le foyer domestique ! avec quelle dou-
leur il s'en arrache et s'en éloigne, en emportant pour tout bien
la natte de paille sur laquelle il couchait au milieu de sa famille,
ainsi que le baril qui servait à conserver l'eau nécessaire au mé-
nage! Ces deux articles seuls lui sont accordés de plein droit,
mais souvent on lui refuse d'emmener le chien fidèle qui veillait
autour de sa demeure, et le coq dont le chant marquait les heures,
trop courtes pour lui, des nuits consacrées au sommeil. Oh! com-
bien j'ai vu couler de larmes dans ces tristes émigrations ! De quelles
scènes déchirantes ai-je été témoin à l'aspect de peuplades entières
de rÉpire, transportées, par ordre d'un tyran sans pitié, dans des
lieux éloignés! Quels cœurs n'auraient pas été émus lorsque la
mère de famille, portant son premier-né dans le berceau suspendu
comme un *havresac sur ses épaules, quittait le vieil olivier et
les grenadiers à l'ombre desquels elle dormit tant de fois pendant
la chaleur du midi! L'église où elle entendit les chants du vieux
pasteur, le puits où elle vit pour la première fois celui qui obtint
sa main de son père, sont les objets de ses regrets.
Les paysans qu'on chasse des lieux qui les ont vus naître apos-
trophent, dans les termes les plus déchirants, les tombeaux de
leurs ancêtres: iLevez-vous, nos pères," s'écrient-ils, »levez-vous
et suivez vos enfants, qu'on force à vous abandonner. Malheureux!
nos ancêtres dont nous avons entendu raconter les histoires savaient
mourir, et nous, nous ne savons que pleurer et souffrir. Le som-
meil paisible du pauvre, digne et légitime salaire de ses fatigues, nous
est refusé. Un maître cruel nous persécute et nous bannit partout."
Triste condition des chrétiens! L'oiseau du ciel a son nid, les
hôtes des bois ont leurs retraites, et les fils d'Adam, régénérés
par le baptême, ne trouvent plus d'asile immuable ni de repos dans
la patrie de Pyrrhus, d'Alexandre, d'Aristide et de Philopémen,
qu'au sein du tombeau qui les ravit à leurs oppresseurs.
Pouqucvillc,
Consul-général de France chez Ali-Pacha, à Janina,