Boekgegevens
Titel: Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Auteur: Verenet, George C.
Uitgave: Utrecht: J.-G. Broese, 1868
2e ed
Auteursrechten: Zie auteursrechten
Citeerinstructie: Bijzondere Collecties van de Universiteit van Amsterdam, UBM: Obr. 8885
URL: https://schoolmuseum.uba.uva.nl/bookid/LCSM_202173
Onderwerp: Taal- en letterkunde naar afzonderlijke talen: Franse letterkunde
Bekijk als:      
Scan: Afbeeldinggrootte:
   Choix de lectures françaises: à l'usage des maisons d'éducation et des personnes qui aiment la prose et la poésie: littérature de l'adolescence et de l'âge mûr
Vorige scan Volgende scanScanned page
60
voudrais que ce fût dans une de ces belies nuits, sur les rives de
la Néva, en présence de ces Russes hospitaliers.
Joseph de Maistre.
CLIMAT DE LA SUEDE.
Le climat de la Suède, généralement moins rude que celui de la
Norvège, est toujours un sujet d'étonnement pour l'étranger. A
Stockholm, l'Allemand des bords de la Baltique ne retrouve point
ces brouillards qui s'étendent sur une grande partie de l'Allemagne;
le Français n'y regrette point le climat du nord de la France; il
n'y éprouve même pas ces changements brusques et fréquents qui
nuisent à l'agrément du séjour de Paris. Dans la capitale du
royaume les plus longs jours et les plus longues nuits sont de
dix-huit heures et demi. A Kalix, près de la frontière du nord,
l'hiver dure neuf mois, et Tété trois, qui se terminent avec celui
de septembre; le soleil ne quitte pas l'horizon dans la saison des
plus longs jours, el ne se montre point dans celle des plusjongues
nuits. En général, on respire en Suède un air pur, et Ton n'y
éprouve jamais les ravages des maladies contagieuses. La beauté
d'un été chaud et sec, qui, dans sa courte durée, voit les frimas
disparaître tout à coup, et, presque d'heure en heure, les plantes
se parer de feuilles et de fleurs, fait oublier que le printemps y
est inconnu. L'Europe méridionale, ainsi qu'on l'a dit avec justesse,
ne connaît pas celte douce clarté d'une matinée ou d'une soirée
du Nord, celle lente disparition des rayons du soleil réfléchis dans
un océan de nuages pourprés, et ces nuits encore embellies par la
faible lueur du crépuscule, au moment où l'aube matinale se montre
à rOrient. Malte-Bruo.
LES MŒURS HOSPITALIÈRES DANS LES ILES DE LA GRECEi
Tandis que, parmi nous, le voyageur est souvent l'homme heu-
reux dont on envie le sort, il est constamment pour les peuples
de l'Orient un infortuné à secourir, un navigateur jeté sur une
plage lointaine. On sent bien, cependant, que l'hospitalité en hon-
neur chez tous les peuples de TOrient, quelle que soit leur croyance,
doit recevoir une teinte particulière des mœurs de chacun de ces